Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Burundi : nouvelle hausse des prix du carburant

image d'une station-service à Bujumbura   -  
Copyright © africanews
Africanews -

Burundi

Au Burundi, le prix du carburant poursuit son envolée. Il vient de subir sa deuxième hausse en trois mois. Conséquence, à la pompe, le litre d’essence coûte désormais 1, 6 dollars américains, le gasoil, 1,5 dollar après la révision des prix initiée par le gouvernement. Contre 1,3 dollar américain et à 1,2 dollar américain pour le pétrole en janvier.

Le ministre burundais de l’hydraulique, de l’énergie et des Mines évoque des causes exogènes pour justifier cette hausse des prix.

'' Suite à la conjoncture économique mondiale consécutive notamment à la fragilité d’une économie convalescente, la guerre en Ukraine, les perturbations de l’offre et les tensions géopolitiques , les cours mondiaux de plusieurs produits dont le carburant ont sensiblement augmenté. Le prix du baril du pétrole brut sur le marché international est passé de 70,8 dollars américains au 2 décembre 2021 à 103,67 dollars américains au 27 avril 2022, soit une augmentation d’environ 47 %. '', explique Ibrahim Uwizeye.

Depuis samedi, de longues files étaient déjà visibles devant les stations-services de Bujumbura. Des populations venues faire le plein malgré la hausse des prix, pour éviter la pénurie.

'' Aujourd’hui, ça va parce qu’avant, on passait plusieurs jours sur la ligne d’attentes, trois ou quatre jours sans être servis. Mais, en moins d’une heure, j’arrive à la pompe.'', a déclaré Cyriaque Niyongabo, chauffeur de taxi à Bujumbura

Les chauffeurs de taxis redoutent déjà les effets de cette nouvelle donne sur leur activité.

‘’La hausse est très considérable. Je demande qu’ils puissent revoir un peu les prix à la baisse afin que nous aussi, les transporteurs, puissions vivre de notre activité.’’, explique Alexis Ndihokubwayo, taximan à Bujumbura.

Sur les parkings, il faut s'armer de patience face aux longues files d’attente. Des stations-services étant encore à sec. Les moyens de transport public se font rares.

Voir plus