Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Libye : toujours pas d'accord sur les modalités des élections

Libye : toujours pas d'accord sur les modalités des élections
Les dirigeants du Parlement libyen président la cérémonie de prestation de serment du nouveau gouvernement intérimaire du pays à Tobrouk, en Libye, le 15 mars 2021   -  
Copyright © africanews
Ahmed Al-Hadal/AP -

Libye

Les responsables libyens rivaux ont conclu des pourparlers d'une semaine dans la capitale égyptienne sans parvenir à un accord sur les dispositions constitutionnelles relatives aux élections, ont indiqué mardi les Nations unies.

Douze députés du Parlement libyen, basé dans l'est du pays, et 12 du Haut Conseil d'État, un organe consultatif situé dans la capitale de Tripoli, dans l'ouest de la Libye, ont participé aux pourparlers menés sous l'égide de l'ONU, qui se sont achevés lundi au Caire.

La conseillère spéciale de l'ONU pour la Libye, Stephanie Williams, a déclaré que les responsables avaient convenu de se réunir à nouveau le mois prochain après la fête musulmane de l'Aïd al-Fitr, qui marque la fin du Ramadan.

Stéphanie Williams a déclaré que l'ONU s'efforçait de s'appuyer sur un consensus atteint plus tôt cette année par les deux chambres dans le but de parvenir à un accord sur un cadre constitutionnel et législatif pour les élections parlementaires et présidentielles.

Guerre civile

Les pourparlers ont eu lieu alors que la Libye est déchirée par des gouvernements rivaux qui revendiquent le pouvoir après les tentatives d'unité de l'année dernière qui ont suivi une décennie de guerre civile.

En février, la Chambre des représentants, basée dans l'est du pays, a nommé un nouveau Premier ministre, l'ancien ministre de l'intérieur Fathi Bachagha, à la tête d'un nouveau gouvernement provisoire. 

Les législateurs ont affirmé que le mandat du Premier ministre par intérim Abdelhamid Dbeibah, basé à Tripoli, avait expiré après que les élections n'aient pas eu lieu comme prévu en décembre.

Abdelhamid Dbeibah s'est toutefois opposé aux efforts visant à remplacer son gouvernement. Il a déclaré qu'il ne céderait le pouvoir qu'à un gouvernement élu.

Milices armées

Les deux dirigeants restant sur leurs positions, l'agitation est montée en flèche et des milices lourdement armées se sont mobilisées dans la région occidentale, y compris dans la capitale, où elles ont parfois bloqué des routes.

Les chefs tribaux et les manifestants de la région du sud ont également fermé des installations pétrolières, dont le plus grand champ pétrolifère de Libye, pour exiger la démission d'Abdelhamid Dbeibah. Les forces du commandant Khalifa Haftar, basé dans l'est du pays, contrôlent la région.

Ces événements font craindre un retour des combats en Libye, après une période de calme relatif depuis la signature par les parties belligérantes d'un cessez-le-feu sous l'égide de l'ONU, fin 2020. Ce pays d'Afrique du Nord riche en pétrole a été ravagé par les conflits depuis que le soulèvement soutenu par l'OTAN a renversé et tué le dictateur de longue date Mouammar Kadhafi en 2011.

La Libye a passé la majeure partie de la dernière décennie divisée entre des administrations rivales à l'est et à l'ouest, chacune soutenue par différentes milices et gouvernements étrangers.

Frappes aériennes

Parallèlement, Amnesty International a demandé aux forces de Khalifa Haftar de libérer immédiatement au moins 10 personnes et un journaliste local qui ont été arrêtés le mois dernier dans la ville de Syrte à la suite d'une manifestation.

Les manifestants demandaient une indemnisation pour les victimes des frappes aériennes de l'OTAN pendant la guerre civile de 2011, a déclaré le groupe basé à Londres.Un porte-parole des forces d'Haftar n'était pas immédiatement disponible pour un commentaire.

Le régime de Mouammar Kadhafi a violemment réprimé les manifestants antigouvernementaux. L'OTAN, avec le soutien de l'ONU, a alors mené une campagne de frappes aériennes contre le régime entre mars et octobre 2011. Les avions de guerre de l'OTAN ont effectué plus de 9 600 missions de frappe. Les estimations du nombre de civils tués pendant la campagne de l'OTAN vont de moins de 100 à un peu plus de 400.

Les personnes détenues ont été emmenées dans un lieu non divulgué. Elles appartenaient à la tribu des Gadhadfa, dont est issu Kadhafi, a déclaré Amnesty International. Ali al Refawi, reporter de la chaîne de télévision libyenne 218, a également été arrêté le 26 mars après avoir couvert la manifestation, a indiqué le groupe de défense des droits.

Les forces d'Haftar "ont resserré leur emprise sur le territoire qu'elles contrôlent. Ces dernières années, des opposants et des détracteurs présumés ont été abattus dans la rue, ont disparu de force ou croupissent en prison", a déclaré Diana Eltahawy, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.

Voir plus