Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

La Corne de l'Afrique se prépare à sa pire sécheresse en 40 ans

La Corne de l'Afrique se prépare à sa pire sécheresse en 40 ans
Les tentes des déplacées par la sécheresse au camp de Higlo dans la zone de Shabelle de la région Somali en Éthiopie, lundi 11 avril 2022   -  
Copyright © africanews
Zerihun Sewunet/AP -

Sécheresse

Les agriculteurs de l'est et de la Corne de l'Afrique se préparent à la sécheresse la plus grave qu'ils aient connue depuis 40 ans, alors que les autorités préviennent que des températures plus élevées et des précipitations inférieures à la normale ont été enregistrées par les agences météorologiques en mars et avril de cette année.

Selon l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), les pluies seront probablement insuffisantes pour une quatrième année consécutive, ce qui fait craindre une augmentation des cas de malnutrition, des menaces sur les moyens de subsistance et des risques graves pour 29 millions de personnes dans la région. 

Les météorologues établissent un lien entre la sécheresse actuelle et le changement climatique, qui entraîne un réchauffement accru de l'océan Indien et provoque des cyclones plus fréquents. Comme dans la plupart des pays d'Afrique, le pilier économique de l'est et de la Corne est l'agriculture, qui est alimentée par les pluies, ce qui la rend vulnérable aux événements climatiques extrêmes. 

Mama Charity Kimaru, qui pratique l'agriculture mixte en élevant du bétail et en plantant des céréales et des légumes dans sa ferme de 12 hectares à Nyandarua, à quelque 126 km au nord de Nairobi, fait partie des agriculteurs qui se préparent aux pires conséquences. La hausse des températures enregistrée ces derniers mois a privé son bétail de pâturages. Les cultures qu'elle avait plantées en prévision de la longue saison des pluies ont échoué.

Saison des pluies

L'agence météorologique avait déjà déclaré en février que la région devait se préparer à une saison des longues pluies "plus humide que la moyenne", qui s'étend normalement de mars à mai, mais l'agence a révisé ses précédentes prévisions cette semaine.

"Les pluies de mars, avril et mai sont cruciales pour la région et, malheureusement, nous envisageons non seulement trois, mais potentiellement quatre saisons consécutives ratées", déclare Workneh Gebeyehu, secrétaire exécutif de l'agence intergouvernementale. "Ceci, associé à d'autres facteurs de stress tels que les conflits dans notre région et en Europe, l'impact du Covid-19 et les défis macroéconomiques, a conduit à des niveaux aigus d'insécurité alimentaire dans la grande Corne de l'Afrique."

Les précipitations inférieures à la moyenne pour 2022 sont susceptibles de prolonger les conditions déjà extrêmement sèches, qui n'ont pas été connues à ce degré depuis 1981. L'Éthiopie, le Kenya et la Somalie, qui seront gravement touchés par la baisse des précipitations, sont déjà en proie à une terrible famine.

Conflits intercommunautaires

Le manque de précipitations pendant la courte saison des pluies, à la fin de l'année dernière, et la sécheresse actuelle pendant la longue saison des pluies ont déjà entraîné des pertes de récoltes et des décès de bétail, ce qui a provoqué une hausse des prix des denrées alimentaires et des conflits intercommunautaires pour des pâturages rares et des ressources en eau en diminution.

"Chaque fois que nous avons des cyclones intenses dans le sud-ouest de l'océan Indien, nous nous préparons toujours à une longue saison de sécheresse dans les régions de l'est et de la Corne", avance Evans Mukolwe, l'ancien directeur scientifique des Nations unies. "Cela est dû au fait que les cyclones aspirent une grande partie de l'humidité, privant la région des précipitations dont elle a tant besoin. C'est ce qui se passe depuis des décennies."

Les organisations humanitaires s'inquiètent déjà de la façon dont l'aggravation des impacts du changement climatique affectera la région dans les décennies à venir. "Ce n'est pas la première sécheresse de la Corne, et il est peu probable que ce soit la dernière", soutient Sean Granville-Ross, le directeur régional pour l'Afrique de l'agence humanitaire Mercy Corps. _"Au fur et à mesure que l'urgence climatique s'aggrave, les sécheresses deviendront plus fréquentes et plus graves. Les personnes touchées par le changement climatique ne peuvent pas attendre la fin d'une crise pour se préparer à la suivante." _

Urgences climatiques

Et d'ajouter : "La réponse internationale doit donner la priorité aux besoins immédiats tout en allouant des ressources supplémentaires aux interventions intelligentes à long terme qui entraîneront des changements à long terme et aideront les communautés à devenir plus résistantes à la sécheresse."

Le bureau humanitaire de l'ONU a averti la semaine dernière que la sécheresse actuelle "risque de devenir l'une des pires urgences d'origine climatique de l'histoire récente dans la Corne de l'Afrique." Il a également déclaré que l'appel de 1,5 milliard de dollars pour la réponse à la sécheresse, nécessaire pour aider quelque 5,5 millions de personnes en Somalie, reste gravement sous-financé.