Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

ONU : le Soudan proche d'un effondrement économique et sécuritaire ?

ONU : le Soudan proche d'un effondrement économique et sécuritaire ?
Des manifestants anti-coup d'État participent à des marches contre le régime militaire à Khartoum, au Soudan, jeudi 24 mars 2022   -  
Copyright © africanews
Marwan Ali/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved. -

Soudan

L'envoyé de l'ONU pour le Soudan a averti lundi que le pays d'Afrique de l'Est se dirigeait vers un "effondrement économique et sécuritaire" s'il ne remédiait pas à la paralysie politique consécutive au coup d'État militaire d'octobre et ne s'engageait pas dans la reprise d'une transition dirigée par des civils.

Volker Perthes a déclaré au Conseil de sécurité des Nations unies que la "répression violente" par l'armée des manifestations contre le coup d'État se poursuit et que l'absence d'accord politique sur le retour à une voie de transition a déjà entraîné une détérioration de la situation économique, humanitaire et sécuritaire du pays.

Le coup d'État a bouleversé la transition démocratique du Soudan après qu'un soulèvement populaire ait forcé l'armée à destituer le président autocratique Omar el-Béchir en avril 2019. Les manifestations de rue quasi-quotidiennes réclamant le retour à un régime civil se sont heurtées à une répression contre les manifestants qui a fait 80 morts, principalement des jeunes hommes, et plus de 2 600 blessés, selon un groupe médical soudanais.

Les gouvernements occidentaux et les institutions financières mondiales ont suspendu leur aide au Soudan afin de faire pression sur les généraux pour qu'ils reviennent à un gouvernement dirigé par des civils. VolkerPerthes a déclaré que les Nations unies (ONU), l'Union africaine (UA) et le groupe régional d'Afrique de l'Est composé de huit pays, appelé Autorité intergouvernementale pour le développement, ont accepté d'unir leurs efforts pour faciliter les pourparlers politiques menés par le Soudan.

État d'urgence

L'objectif est un "retour à l'ordre constitutionnel et (une) voie de transition, avec un gouvernement civil habilité à diriger le pays pendant la période de transition et à s'attaquer aux priorités essentielles". Pour que ces pourparlers aient une chance d'aboutir, "des conditions favorables doivent être créées", notamment la fin de la violence, la garantie du droit de manifester pacifiquement, la libération des détenus politiques et "un engagement ferme" à mettre fin progressivement à l'état d'urgence imposé par l'armée dans le pays.

Des manifestantes ont été victimes de violences et d'intimidations de la part de membres des forces de sécurité et 16 femmes auraient été violées lors de manifestations dans la capitale Khartoum au 22 mars, bien que ce chiffre puisse être plus élevé en raison d'une sous-déclaration.

Approche commune

Volker Perthes a déclaré qu'au cours des deux dernières semaines, les trois organisations ont travaillé sur une approche commune et ont consulté les principales parties soudanaises. Il a ajouté que nombre d'entre elles "ont souligné l'urgence de la situation et la nécessité d'une résolution rapide mais solide", un point de vue qu'il partage.

"Nous prévoyons d'entamer une phase intensive de pourparlers au cours des deux prochaines semaines, tout en sachant que cela se fera pendant le mois sacré (musulman) du Ramadan", selon Volker Perthes. "Nous prévoyons que les parties prenantes participeront dans l'esprit de paix et de pardon du mois".

L'envoyé de l'ONU a déclaré que "les enjeux sont élevés" et que les aspirations du peuple soudanais "à un avenir prospère, dirigé par des civils et démocratique sont en danger." Et d'ajouter :"Si la trajectoire actuelle n'est pas corrigée, le pays se dirigera vers un effondrement économique et sécuritaire, et d'importantes souffrances humanitaires".

Tensions accrues

Des rapports inquiétants font état de tensions accrues entre les différentes forces de sécurité du Soudan, a ajouté Volker Perthes. Certains s'inquiètent de ce que "si une solution politique n'est pas trouvée, le Soudan pourrait sombrer dans le conflit et les divisions comme on l'a vu en Libye, au Yémen ou ailleurs, dans une région déjà en proie à l'instabilité".

Volker Perthes a également averti que la combinaison du conflit, de la crise économique et des mauvaises récoltes "doublera probablement le nombre de personnes confrontées à une faim aiguë au Soudan pour atteindre 18 millions de personnes d'ici septembre 2022."

En l'absence d'une solution politique, a-t-il ajouté, la criminalité et l'anarchie augmentent et les conflits intercommunautaires dans la vaste région occidentale du Darfour se sont intensifiés, avec des agriculteurs chassés de leurs terres par de violentes attaques, des villages incendiés et des maisons pillées.

Voir plus