Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RDC : la pollution plastique obstrue le barrage Ruzizi

Lievin Chizungu, le directeur de production de la centrale hydroélectrique Ruzizi 1, observe une pirogue flottant sur la rivière Ruzizi, dans l'est de la RDC, le 16 mars 2022   -  
Copyright © africanews
GUERCHOM NDEBO/AFP or licensors -

République démocratique du Congo

Au sud du lac Kivu en République démocratique du Congo (RDC), les déchets plastiques s'accumulent... Au point de bloquer les turbines de la plus grande centrale hydroélectrique de l'est du pays. Les bouteilles, cannettes et autres déchets jetés dans le lac semblent attirées par le barrage Ruzizi. Depuis fin janvier, l'un des groupes de la centrale a été endommagé par les polluants et n'est plus fonctionnel.

"Nous avons quatre groupes installés", explique Liévin Chizungu, responsable de la production à l'usine de Ruzizi 1. "Donc là, nous avons trois groupes qui sont en service et le groupe numéro 2 est arrêté. Ça a un grand impact sur notre production, ça représente 6,3 mégawatts. Sur le total de 30 mégawatts que nous pouvons produire, vous comprenez que 6,3 ne sont pas disponibles."

À la main et sur des barques, des personnes s'activent pour ramasser les déchets, afin de limiter l'accumulation.

"Je fais ce travail de nettoyage depuis treize ans et c'est très difficile", raconte le nettoyeur Byumanine Mubalama. "Il ne se passe jamais deux semaines sans que des tonnes d'ordures ne s'échouent ici. Chaque jour, il y a des déchets que je dois nettoyer et je n'ai même pas les outils appropriés pour le faire. C'est un vrai problème."

L'entreprise Plastycor recycle les déchets plastiques. Sur les rives, elle ramasse les déchets pour les transformer en objets "utiles et beaux", comme "des paniers, des pots de fleurs" ou encore des poubelles.

"Nous faisons vraiment de notre mieux pour nettoyer le lac", explique Nicole Menemene, responsable de l'entreprise. "Nous essayons même d'empêcher les déchets d'atteindre le lac. Il y a des ménages qui nous appellent aujourd'hui pour ramasser leurs déchets plastiques chez eux".

Mais pour la cheffe d'entreprise, il faudrait industrialiser leur méthode, afin de réduire considérablement la pollution du lac.

Voir plus