Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Business Africa

business-africa

L'Afrique peut-elle produire ses propres médicaments ? [Business Africa]

Business Africa du 17 mars 2022   -  
Copyright © africanews
Africanews -

Business africa

La pandémie de Covid-19 a mis en évidence les vulnérabilités de l'Afrique en matière d'accès aux médicaments, aux vaccins et aux technologies de santé vitales. L'Afrique importe près de 95 % des médicaments qu'elle utilise.

Seulement 3% de la fabrication mondiale de médicaments se fait en Afrique. Le continent sort plus sage de la pandémie. Les voix en faveur du développement d'une fabrication pharmaceutique locale plus robuste se font de plus en plus entendre.

L'Afrique compte environ 375 fabricants de médicaments, principalement situés dans le nord du continent. Il n'y a pratiquement aucune fabrication de médicaments dans environ 36 pays d'Afrique subsaharienne.

Lancé en 2005, le plan de fabrication de produits pharmaceutiques pour l'Afrique (PMPA) de l'Union africaine vise à catalyser la production pharmaceutique africaine locale.

Selon les prévisions de Goldstein Market Intelligence, la valeur de l'industrie pharmaceutique africaine atteindra 56 milliards de dollars en 2030. Mais cela ne s'est pas traduit par davantage d'investissements et de technologies nécessaires pour développer la fabrication de médicaments en Afrique.

Lenias Hwenda, PDG de Medicines for Africa, partage ses idées sur la façon de stimuler la production pharmaceutique locale et la question du transfert de technologie pour la fabrication de vaccins.

L'OIT et l'Afrique : des besoins et des attentes non satisfaits

Depuis sa création il y a plus d'un siècle, l'Organisation internationale du travail (OIT) n'a jamais été dirigée par un Africain.

La course pour choisir le prochain directeur général de l'agence, qui aura lieu en mars prochain, compte deux ressortissants africains, qui affirment vouloir rendre l'OIT plus pertinente dans le Sud.

Kenya : 30 millions d'utilisateurs de M-pesa passent

Le plan kényan visant à accroître les paiements sans numéraire a franchi une nouvelle étape cette semaine, après que la plateforme M-pesa de Safaricom a dépassé les 30 millions d'utilisateurs actifs.

Cela signifie que la quasi-totalité de la population adulte du Kenya effectue des transactions à l'aide de M-pesa.

La plateforme compte 51 millions d'utilisateurs au Kenya, en Afrique du Sud, en Tanzanie, au Mozambique et au Lesotho.