Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Guerre en Ukraine : l'Égypte "diversifie" ses fournisseurs en blé

Craignant pour son approvisionnement en blé, nécessaire à la fabrication du pain, l’Egypte a pris des dispositions.   -  
Copyright © africanews
Nariman El-Mofty/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved. -

Egypte

La Russie et l'Ukraine fournissent ensemble près d'un tiers des exportations mondiales d’orge, de blé et autres céréales dont les prix ont grimpé en flèche depuis l'invasion russe. L’arrêt probable d'une partie de ces exportations inquiète de nombreux pays qui s’approvisionnent en très grande quantité, comme l'Egypte.

À plusieurs reprises, le gouvernement égyptien a dû annuler des commandes en raison de prix trop élevés. Pour autant, les autorités ont voulu rassurer la population.

"Dès le mois prochain, nous commencerons à récolter le blé sur nos terres et j'assure à tous les Égyptiens qu’il n’y aura pas de crise et que jusqu’à la fin de l’année, notre pays ne sera pas contraint d’importer ni de subir la flambée actuelle des prix, car l'Egypte aura un stock de blé qui couvrira ses besoins jusqu'à la fin de 2022", a assuré Mustafa Madbouly, le Premier ministre égyptien.

Transformé en pain, en nouilles ou en alimentation pour animaux, les céréales et le blé en particulier, sont des produits vitaux pour la sécurité alimentaire. Alors face à la guerre en Ukraine et à ses répercussions, l’Egypte a pris des dispositions.

"La Russie et l'Ukraine étaient nos principaux fournisseurs de blé, mais nous avons déjà commencé à diversifier nos sources d'achalandage en blé pour les importations dans le futur et cela s’applique déjà. Nous achetons actuellement du blé à d’autres pays. Nous nous assurons de la diversité de nos sources concernant ce produit afin qu'elles ne se limitent pas à des pays spécifiques", a ajouté le Premier ministre égyptien.

Bien d'autres pays sont aussi concernés par les questions de prix et d'approvisionnement en blé, le Maroc notamment qui doit aussi compter avec la sécheresse. Elle a déjà mis à mal près des trois-quarts de la production de blé du Royaume.

Voir plus