Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Réchauffement climatique : la situation va empirer en Afrique

Réchauffement climatique : la situation va empirer en Afrique
L'éleveur Yusuf Abdullahi devant les carcasses de ses 40 chèvres mortes de faim pendant la sécheresse à Dertu, dans le comté de Wajir, au Kenya, le 24 octobre 2021   -  
Copyright © africanews
Brian Inganga/Copyright 2021 The Associated Press -

Changement climatique

Bien que l'Afrique ait relativement peu contribué aux émissions de gaz à effet de serre, le continent a subi certains des impacts les plus lourds du changement climatique, de la famine aux inondations.

Pourtant, de ses récifs coralliens à ses plus hauts sommets, les répercussions du réchauffement climatique causé par l'homme ne feront qu'empirer, selon un nouveau rapport des Nations unies.

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) de l'ONU a prédit lundi que les inondations, la chaleur et la sécheresse dans le Sahara allaient augmenter, que la richesse de la faune et de la flore africaines allait décliner et que les glaciers de ses montagnes les plus emblématiques allaient disparaître au cours des prochaines décennies.

Sur un continent déjà aux prises avec des niveaux de pauvreté et d'insécurité alimentaire extrêmes, le groupe d'experts a averti que les pêcheurs et les agriculteurs ressentiront les effets du changement climatique sur leur vie et leurs moyens de subsistance.

Au Kenya, l'agriculteur Safari Mbuvi tente déjà de surmonter la sécheresse depuis quatre ans et voit ses récoltes échouer à plusieurs reprises."Depuis que je suis jeune, mon père avait l'habitude d'obtenir une récolte abondante dans cette ferme, mais maintenant, il semble y avoir un changement de climat et les pluies ne sont plus fiables. Je ne récolterai rien, pas même un seul sac de maïs n'est possible. Et je ne suis pas le seul. Tous les agriculteurs de cette région ont tout perdu."

Système de production

Le réchauffement des températures affaiblira le système de production alimentaire de l'Afrique en entraînant une pénurie d'eau et des saisons de croissance plus courtes, selon le rapport de l'ONU. Les rendements des olives, du sorgho, du café, du thé et de la production animale devraient diminuer. "La croissance de la productivité agricole a été réduite de 34 % depuis 1961 en raison du changement climatique, plus que dans toute autre région", indique le groupe d'experts.

Le changement climatique, ainsi que les conflits, l'instabilité et les crises économiques, ont contribué à la faim. Depuis 2012, la population sous-alimentée en Afrique subsaharienne a augmenté de 45,6 %, selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture. En 2020, environ 98 millions de personnes souffraient d'insécurité alimentaire aiguë et avaient besoin d'une aide humanitaire en Afrique, a indiqué le rapport mondial sur les crises alimentaires du Programme alimentaire mondial.

Si le monde se réchauffe d'un seul degré d'ici à 2050, 1,4 million d'enfants africains supplémentaires souffriront d'un grave retard de croissance dû à la malnutrition qui limite la croissance et le développement cognitif, selon le GIEC.

Manque de nourriture

"Le manque de nourriture et la sous-nutrition sont fortement liés aux climats chauds dans la zone subsaharienne et à la diminution des précipitations en Afrique de l'Ouest et centrale", a indiqué le groupe d'experts dans un document de FAQ. "Le changement climatique peut compromettre le niveau d'éducation des enfants, réduisant ainsi leurs chances d'obtenir des emplois bien rémunérés ou des revenus plus élevés plus tard dans la vie."

"L'Afrique constitue 17 % de la population mondiale, mais ne représente que moins de 4 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. C'est la région du monde qui subit déjà le plus fort impact du changement climatique et dont la capacité d'adaptation est extrêmement faible", déclare Jean Paul Adam, qui dirige la division du changement climatique à la Commission économique de l'ONU pour l'Afrique.

Le changement climatique comporte une part importante d**'injustice sociale**, les pauvres étant plus durement touchés par la pollution des riches, a déclaré l'ancienne présidente de l'Irlande, Mary Robinson, qui fait désormais partie de The Elders, un groupe de hauts responsables politiques fondé par Nelson Mandela. "Toutes les injustices sont saisies en regardant la région de l'Afrique".

La sécheresse est un problème qui frappe particulièrement le continent. Alors que seulement 7 % des catastrophes dans le monde étaient liées à la sécheresse, elles ont causé un peu plus d'un tiers des décès dus aux catastrophes, "principalement en Afrique", selon le rapport du GIEC.

Sécheresse

Les sécheresses ont également réduit l'énergie hydraulique de l'Afrique d'environ 5 % par rapport à la moyenne à long terme, ce qui entrave la croissance, selon le rapport.

"Lorsque nous examinons les impacts, ce n'est pas seulement l'Afrique qui est touchée par les sécheresses et les cyclones, l'élévation du niveau de la mer et la perturbation des régimes pluviométriques", a déclaré la climatologue canadienne Katharine Hayhoe, responsable scientifique de The Nature Conservancy. "C'est que leur vulnérabilité est tellement plus élevée que dans beaucoup d'autres endroits".

Les scientifiques affirment qu'il est impossible de démêler la pauvreté de l'Afrique et les dommages causés par le changement climatique. "L'Afrique est négligée parce qu'elle est, d'une certaine manière, plus vulnérable aux impacts physiques, mais aussi parce qu'il y aura beaucoup de gens vivant avec moins d'un dollar par jour", a déclaré le climatologue Zeke Hausfather du Breakthrough Institute.

Le rapport publié lundi indique que les températures à la surface de la mer devraient augmenter, menaçant les écosystèmes marins fragiles, notamment les récifs coralliens d'Afrique de l'Est. Le rapport met en garde contre les menaces qui pèsent sur les moyens de subsistance de 12,3 millions de personnes qui dépendent de la pêche.

Productivité des lacs

Le rapport indique que le réchauffement climatique affectera également la célèbre faune sauvage et les plus hautes montagnes d'Afrique. Il prévoit que les couvertures glaciaires des monts Ruwenzori et du mont Kenya auront disparu d'ici 2030 et que le mont Kilimandjaro perdra sa couverture vers 2040.

Selon le rapport, d'ici à 2100, le changement climatique devrait entraîner la disparition de plus de la moitié des espèces d'oiseaux et de mammifères africains, ainsi qu'une baisse de 20 à 25 % de la productivité des lacs et des espèces végétales du continent. Les dommages accrus causés aux récifs coralliens par la pollution et le changement climatique devraient nuire aux pêcheries et à la biodiversité marine en général.

Au cours des prochaines décennies, le continent, les îles et les villes côtières d'Afrique seront exposés à des risques liés au changement climatique susceptibles de porter gravement atteinte à des secteurs économiques tels que l'agriculture, le tourisme, les transports et l'énergie.

Taux de mortalité

Le rapport prévoit une diminution de la fréquence des cyclones de catégorie 5, bien qu'il indique qu'ils devraient être plus intenses et avoir un impact important à l'atterrissage. D'ici 2030, le rapport prévoit que 108 à 116 millions de personnes en Afrique seront exposées à l'élévation du niveau de la mer - et que, sans mesures d'adaptation, 12 grandes villes côtières subiront des dommages d'un montant total de 65 à 86,5 milliards de dollars.

Selon le rapport, l'urbanisation rapide de l'Afrique, l'insuffisance des infrastructures et la croissance des établissements informels exposeront davantage de personnes aux risques climatiques. Il note que l'Afrique subsaharienne est la seule région qui a enregistré des taux croissants de mortalité due aux inondations depuis les années 1990 - et que des millions de personnes ont été déplacées par des causes liées aux conditions météorologiques en 2018 et 2019.

"Un grand nombre de villes ne sont absolument pas préparées à l'ampleur des défis à venir, voire aggravent activement la situation", a déclaré Kaisa Kosonen, conseillère politique principale chez Greenpeace Nordic. "Une véritable action contre le changement climatique nécessite un développement urbain résilient et la justice."