Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Mozambique : des réfugiés retournent dans la ville de Palma

  -  
Copyright © africanews
cleared -

Mozambique

Des outils électriques bourdonnent à l'hôtel Amarula, situé en bord de mer à Palma, alors que des ouvriers finissent de nettoyer et de réparer les dégâts causés par l'un des assauts djihadistes les plus sanglants du Mozambique, il y a près d'un an.

En mars 2021, environ 200 personnes - pour la plupart des fonctionnaires et des étrangers travaillant sur des projets gaziers - se sont cachées dans l'hôtel lorsque des insurgés liés à l'État islamique ont envahi la ville côtière, tuant des dizaines de personnes pendant des jours de combats. Certains des clients ont tenté de s'échapper vers la plage. Douze corps décapités ont été retrouvés plus tard devant le bâtiment.

Aujourd'hui, les signes de l'horreur ont été largement effacés. Avec des pelouses tropicales soigneusement entretenues, une piscine bleue étincelante et des chambres fraîchement rénovées, la direction de l'hôtel espère faire revenir les visiteurs.

Le directeur Timothy Christian Robbins a déclaré qu'il était sur place depuis novembre pour décider si l'établissement pouvait rouvrir. Il a déclaré qu'une relance serait considérée comme un vote de confiance, un signal que "le gouvernement et les forces en présence offrent aux gens la protection et l'assurance qu'ils peuvent revenir et se réinstaller."

Avec l'aide de 1 000 soldats rwandais déployés en juillet, le gouvernement mozambicain a pu reconquérir Palma.

"Les gens retournent au travail, rouvrent leurs commerces. Les marchés et les transports locaux fonctionnent. L'économie locale se redresse", a déclaré le commissaire de police Justin Rukara, qui dirige les forces rwandaises à Palma.

"La situation sécuritaire est bien meilleure maintenant. Dieu merci ! Après l'arrivée des Rwandais, les choses se sont beaucoup améliorées", a déclaré Rachid Adreman, l'un des commerçants du marché.

Bâtiments incendiés, épaves de voitures

La route qui mène à la plage est encore parsemée d'épaves de véhicules qui n'ont pas pu échapper aux assauts de l'année dernière. Les personnes qui ont fui leurs maisons vivent au bord de l'océan dans des abris construits avec des feuilles de palmier, des bâches en plastique ou des tôles qu'ils ont réussi à récupérer.

Un petit marché a vu le jour, où les vendeurs transvasent des bidons d'huile de cuisson dans des bouteilles de Fanta récupérées. Des pêcheurs s'occupent de leurs filets tandis que leurs prises sèchent au soleil. Les enfants barbotent dans les eaux de la marée basse, tandis que de petites radios diffusent de la musique.

À environ 80 kilomètres (50 miles) au sud, Mocimboa da Praia, la ville où le groupe djihadiste a lancé ses premières attaques en octobre 2017 et qui a été reprise par les troupes rwandaises et mozambicaines en août, est toujours une ville fantôme. Une église gît en ruines. La maternité est abandonnée, jonchée de débris à l'intérieur.

Presque tous les bâtiments ont été incendiés, certains au-delà de toute reconnaissance. Des bicyclettes, des bus et même des véhicules blindés rouillent.

La Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), composée de 16 nations, a également envoyé des troupes en août pour soutenir le Mozambique. Des formateurs militaires américains et européens sont également sur place. Avec tout ce soutien international, le Mozambique affirme avoir repris Mocimboa da Praia, que les insurgés utilisaient autrefois comme base. Mais peu de gens sont assez courageux pour y retourner ou pour tenter leur chance sur les routes non surveillées qui traversent le vaste nord appauvri du Mozambique.

Voir plus