Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Bénin : célébration de la fête nationale du vaudou

  -  
Copyright © africanews
Sunday Alamba/AP -

Bénin

À Ouidah, ville balnéaire du Bénin au bord de l'océan Atlantique, ancienne plaque tournante de la traite des noirs. Comme tous les 10 janvier, on y célèbre la fête nationale du vaudou.

Les vagues grondent et s'écrasent sur une plage du sud du Bénin alors que des dizaines d'adeptes de Mami Wata, déesse de la mer, chantent pour accueillir la fête nationale du vaudou.

Tous les 10 janvier, les Béninois rendent hommage aux divinités du vaudou, une religion qui vénère les dieux et les esprits de la nature et respecte les ancêtres vénérés. Le vaudou, connu localement sous le nom de "vodoun" , traduit par "ce qu'on ne peut élucider" en langue fon, est originaire du royaume du Dahomey, des actuels Bénin et Togo. Vêtus de tissus blancs et ornés de perles, une quarantaine de fidèles ont formé un demi-cercle face à l'océan, pour soumettre à la déesse des eaux leurs offrandes.

"Chaque mois de janvier, je ne viens qu'à Ouidah parce que c'est la plage où l'on trouve l'âme de cette fête, l'âme du vodoun", a déclaré Gnikplin Hounon Eveole, 70 ans, venu du Togo voisin pour l'occasion.

"Mami Wata n'est pas un simple fétiche, elle est la reine de l'eau. Elle vit dans la mer."

Religion ancestrale

Des millions d'esclaves passaient autrefois par Ouidah sur leur chemin vers le Nouveau Monde, emportant avec eux les pratiques vaudoues. Aujourd'hui, cette religion compte 50 millions d'adeptes dans le monde, du Brésil à Haïti en passant par l'État de Louisiane, dans le sud des États-Unis.

De nombreux Béninois pratiquent les croyances vaudoues parallèlement à celles du christianisme ou de l'islam. Les divinités vaudoues célébrées au Bénin comprennent également Heviosso, le dieu du tonnerre, Sakpata, le dieu de la Terre, et Kokou, le dieu de la guerre. Mami Wata, cependant, est particulièrement vénéré, car on lui attribue le pouvoir de procurer santé, fertilité et beauté. La plupart des personnes présentes sur la plage de Ouidah sont des femmes.

"Je dois toute ma richesse à cette divinité", dit Eveole. "L'essentiel est de respecter ses coutumes".

Les étrangers sont peu informés sur les divinités vaudoues ou leur culte et il est interdit aux adeptes de révéler les enseignements du culte. Sur la plage de Ouidah, les adeptes font des offrandes à Mami Wata, mais les non-initiés sont tenus à l'écart des cérémonies. Le secret et le mystère ne sont pas toujours les bienvenus.

Voir plus