Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Nigeria : déficit de structures spécialisées en addictologie

image d'un centre pour toxicomanes à Kano, au Nigeria   -  
Copyright © africanews
cleared -

Nigéria

Alors que le taux de consommation de drogue augmente au Nigeria, les centres de traitement pour toxicomanes manquent à l’appel dans le pays.

A Kano, Amana Sanatorium fait figure d’exception. C’est le seul centre de réadaptation pour toxicomanes à ouvrir ses portes dans cette localité du nord du Nigeria qui connaît une hausse de maladies mentales liées à la drogue.

Des centres informels accusés d’abus sur mineurs ont été sommé par l’Etat de baisser leurs rideaux.

"Le gouvernement a fermé les centres de réadaptation traditionnels qui fonctionnaient auparavant, c'est alors qu'est née, l'idée d'apporter ce nouveau camp, innovant, c'est le premier dans cette partie du pays. Nous avons six patients hospitalisés ici et il y a d'autres chambres pour les patients externes qui continuent d'arriver et d'autres demandes sont en cours.", a déclaré Abubakar Muhammad Inuwa, directeur de l'Amana Sanatorium.

Dans le nord du Nigeria, conservateur et en majorité musulman, où la charia est appliquée en parallèle de la loi fédérale, les consommateurs de drogue sont extrêmement mal vus.

Dans l'État de Kano, les autorités ont mis en place une équipe spéciale de lutte contre les stupéfiants pour combattre le taux élevé de consommation de drogues chez les jeunes, qui se tournent vers la marijuana, la codéine, les analgésiques et l'inhalation de colle.

Le mois dernier, la police de Kano a fait une descente dans une des maisons de correction qui avait secrètement rouvert ses portes il y a dix mois. Au total, 47 détenus ont été sauvés de l'établissement.

Codéine, analgésiques et l'inhalation de colle, des jeunes ne laissent rien au hasard pour assouvir leur soif d’évasion. Mais les centres de réinsertions font défaut.

" Ce centre ne peut à lui seul prendre en charge les victimes. Il est donc nécessaire de créer d'autres structures, car la société a la responsabilité collective d'éradiquer la toxicomanie afin de rétablir la santé mentale dans notre société. Il faut donc des centres supplémentaires, en particulier dans le nord du Nigeria.", a souligné Abubakar Muhammad Inuwa.

Le Nigeria ne compte que 250 psychiatres qualifiés pour une population de 200 millions d'habitants, selon l'Association des psychiatres du Nigeria.

Voir plus