Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RDC : la MONUSCO et l'armée tentent de maintenir le calme à l'Est

  -  
Copyright © africanews
cleared -

République démocratique du Congo

Alors que l'Est du Congo a connu une recrudescence de la violence ces dernières semaines, l'armée congolaise et les casques bleus de la mission de l'ONU, connue sous le nom de MONUSCO, ont poursuivi leurs patrouilles dans les districts locaux pris dans les combats.

Komanda, situé dans la province orientale de l'Ituri, est un village qui a été repris aux groupes rebelles le mois dernier, selon l'armée. Le calme est revenu dans l'artère centrale de la ville et l'on peut désormais voir des soldats gouvernementaux patrouiller dans les rues.

Les signes de la retraite des rebelles sont cependant toujours visibles. Certaines parties du village ont été détruites, les façades des magasins et les maisons ont été brûlées et carbonisées.

Un résident local, le commerçant Kambale Fiston, a déclaré que sept personnes avaient été tuées.

"Regardez derrière vous, au-delà des maisons, elles ont été incendiées par les rebelles, les dégâts sont énormes", a-t-il dit. Alors que Fiston a décidé de rester dans le village, d'autres habitants ont fui ; des colonnes de leurs voitures chargées d'effets personnels jalonnent les routes voisines.

Le lieutenant-général Johnny Luboya Nkashama, gouverneur militaire de l'Ituri, a déclaré que ses soldats avaient commencé leur opération au début du mois d'octobre et qu'ils avaient réussi à reconquérir plusieurs villages.

"Maintenant, les rebelles fuient, et à mesure qu'ils se retirent, ils attaquent les populations locales", a déclaré Nkashama.

"La semaine dernière, ils étaient là et nous les avons repoussés", a-t-il ajouté.

Lors d'une patrouille nocturne conjointe de l'armée congolaise et de la MONUSCO à Bunia, les membres de la mission de l'ONU dans le pays ont distribué des numéros verts aux habitants, afin qu'ils puissent appeler rapidement les autorités locales en cas de danger, une initiative destinée à assurer un sentiment de sécurité dans la ville, selon un officier de la MONUSCO.

Malgré les efforts des autorités, le chef du bureau de la MONUSCO en Ituri, Josiah Obat, a déclaré que la situation sécuritaire est devenue plus tendue ces dernières semaines et que la région est confrontée à de nombreux obstacles, problèmes qui ont été exacerbés par la pandémie de COVID-19.

"Les solutions ne sont pas seulement militaires, il y a de nombreuses mesures à prendre sur le plan politique. Lorsque nous parlons de dialogue communautaire, la section des affaires civiles travaille en collaboration avec toutes les communautés, les chefs communautaires réunissent les communautés pour discuter des problèmes", a-t-il déclaré.

Dans l'épisode le plus récent de violence dans la région cette semaine, l'armée congolaise a déclaré que des membres du groupe rebelle M23 avaient attaqué une base dans la région de Rutshuru, dans l'est du Congo. Le groupe rebelle a nié toute implication dans cette attaque.

Voir plus