Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Inspire Africa

inspire-africa

La santé des femmes au cœur du développement au Sahel [Inspire Africa]

Inspire Africa   -  
Copyright © africanews
Africanews -

Inspire africa

Dans ce nouvel épisode d'Inspire Africa en partenariat avec le projet d'autonomisation des femmes au Sahel et de dividende démographique (SWEDD), il est question de la santé des femmes au cœur du développement au Sahel.

Cap tout d’abord en Côte d'Ivoire avec les centres d'excellence SWEDD et les espaces sécurisés. Puis au Burkina Faso et au Mali où des groupes de maris et de futurs maris sont sensibilisés aux problèmes liés à la santé sexuelle et reproductive des femmes. Dans la deuxième partie de l'émission, Jerry Fisayo Bambi s'entretient avec le professeur Stanley Okolo, de l'Organisation ouest-africaine de la santé (OOAS). Enfin, nous découvrons ce que fait la Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), initiateur clé du projet SWEDD.

Espaces sécurisés en Côte d'Ivoire

Les espaces sécurisés de SWEDD sont des centres scolaires et communautaires pour filles et jeunes femmes où on leur enseigne les compétences de vie, la santé reproductive, le genre et les droits de l'homme. On leur propose également des cours d'alphabétisation et des formations professionnelles, ainsi qu'un soutien aux initiatives économiques et à la gestion financière.

Cette autonomisation, selon SWEDD, les protège non seulement de mariages précoces et de pratiques traditionnelles néfastes, mais leur permet également d'influencer leur entourage sur les thématiques concernant leur vie et leur avenir. Quelque 934 espaces sécurisés dans les écoles ont permis de maintenir près de 20 000 filles à l'école.

Burkina Faso : clubs de maris et futurs maris

Au Burkina Faso, les attitudes à l'égard des questions de santé sexuelle et reproductive des femmes et des filles sont en train de changer. Bien que les femmes soient au cœur de cette évolution, les hommes sont également impliqués dans des groupes appelés "Clubs de maris et de futurs maris".

Les animateurs de ces clubs proposent des leçons aux hommes dans le cadre d'un "programme de transformation du genre", réduisant ainsi la violence à l'égard des femmes et améliorant l'implication des maris dans la promotion de la santé reproductive/planification familiale et des droits en matière de santé reproductive. Les leçons proposées aident également les couples vivant ensemble à s'améliorer et à devenir plus unis pour atteindre leurs objectifs.

Au moins 1 735 maris ont été certifiés pour leur participation aux sessions et leur engagement, et 275 femmes et 170 hommes ont déjà reçu leurs crédits pour le premier placement pour la mise en œuvre d'activités génératrices de revenus (AGR) à l'appui de leurs initiatives entrepreneuriales. Les AGR contribuent à accroître le pouvoir économique des femmes et des ménages et l'accès aux services de santé reproductive et de prévention des maladies sexuellement transmissibles, autant d'éléments qui contribuent à leur autonomisation. Les clubs ont également été mis en place en Côte d'Ivoire, au Mali et au Niger.

Mali : scolarisation des filles

Au Mali, la stratégie de scolarisation accélérée des filles mise en œuvre par le projet SWEDD-Mali en partenariat avec le Ministère de l'Education Nationale permet de ramener les filles à l'école. Le programme d'enseignement de la Stratégie de Scolarisation Accélérée dite Passerelle (SSA/P), est un condensé des programmes des trois premières années de l'école primaire (C.I., C.P.2, C.E.1) et vise au terme d'un enseignement accéléré de neuf mois (deux mois dans les langues maternelles et sept mois en français, langue d'enseignement) à intégrer ou réintégrer les apprenants dans le système au niveau de la 4e ou 3e année de l'école élémentaire.

Pour rappel, en 2016, le Mali comptait près de 40,8% d'enfants non scolarisés, soit environ 1 867 500 enfants. Au cours des années scolaires 2017 - 2018 et 2018 - 2019, les initiatives du projet Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel (SWEDD) ont permis de résorber 17% de ce nombre.

Rôle de l'Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS)

L'Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) fait partie des grandes forces qui placent la santé des femmes au centre du développement de la région du Sahel. Le professeur Stanley Okolo, son directeur général, nous a fait part de son point de vue sur le travail de l'organisation.

Pour commencer, l'accès de votre organisation aux plus hauts décideurs de la région de l'Afrique de l'Ouest est assez unique, étant donné votre pouvoir de rassemblement. Que faites-vous pour engager les pouvoirs politiques pour les questions de préoccupation dans le projet SWEDD ?

L'Organisation de la Santé en Afrique de l'Ouest (OSAO) est une organisation intergouvernementale. C'est l'institution sanitaire de la CEDEAO. Ce que nous avons fait, c'est d'essayer de porter au plus haut niveau la question de l'autonomisation des femmes et des filles, ainsi que leur santé et leurs droits reproductifs.

Nous avons donc élaboré une directive sur les droits des femmes en matière de santé. Nous travaillons maintenant aussi dans le cadre du projet de développement des capacités humaines de la Commission de la CEDEAO, qui ne concerne pas seulement la question de la santé, mais comme vous le savez, le développement des capacités humaines est transversal. Nous avons également utilisé une partie de ce pouvoir de rassemblement pour mener des actions de plaidoyer au plus haut niveau.

Nous voyons que le travail que vous et vos partenaires faites avec les centres d'excellence régionaux établis pour la formation des infirmières et des sages-femmes pour répondre aux besoins de santé de la région est assez intéressant. Quel est le but de cette entreprise et quel est l'avenir ?

À l'heure actuelle, vous voyez une grande partie de la formation des médecins, pas seulement des infirmières et des sages-femmes, mais principalement des infirmières et des sages-femmes. Une grande partie de la formation tend à être clinique. Alors comment passer de l'aspect clinique à l'aspect service et au développement ? C'est pourquoi nous avons décidé qu'il était nécessaire d'établir en premier lieu trois domaines de spécialité.

Nous parlons donc de la pédagogie des services de santé, du développement des services de santé et de santé reproductive. Ce sont les domaines spécialisés dans lesquels nous avons développé un programme de maîtrise pour les infirmières et les sages-femmes dans nos trois premiers centres d'excellence en Côte d'Ivoire, au Niger et au Mali.

Nous sommes également en train de l'étendre et nous allons ajouter trois autres pays pour garantir que nous formons déjà des infirmières. De sorte que non seulement les sages-femmes acquièrent les connaissances techniques nécessaires pour dispenser des soins, mais que d'autres puissent également le faire, avec la compréhension et l'aptitude à examiner les questions régionales en termes de santé génésique et de droits des femmes et des enfants.

UNFPA : initiateur clé du projet SWEDD

La santé et les droits en matière de sexualité et de procréation sont un élément essentiel de la couverture sanitaire universelle et les experts en la matière estiment que les pays qui se dirigent vers cette couverture doivent tenir compte de la manière dont les besoins des filles et des femmes sont satisfaits.

L'actuel plan stratégique 2018-2021 de l'UNFPA, qui se termine cette année en décembre, et le plan 2022-2025 nouvellement adopté se concentrent sur la santé et les droits sexuels et reproductifs, ce qu'Argentina Matavel, directrice régionale de l'UNFPA pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre, décrit comme un élément essentiel de la lutte contre de nombreux vices sexuels et reproductifs.

Elle a également évoqué la manière dont les premiers mois de la pandémie de Covid-19 ont mis en évidence et aggravé les inégalités de longue date en matière de disponibilité et d'accès aux soins de santé, et comment l'UNFPA a apporté son aide au Sahel. Les femmes du Sahel ont continué à bénéficier de soins de santé, notamment de services de santé sexuelle et reproductive, avance-t-elle. Et de souligner l'importance de la communication sociale et du changement de comportement (SBCC) pour améliorer l'accès des femmes et des filles aux services de santé.