Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Nigeria : nouveau bilan de 36 morts dans l'effondrement d'immeuble à Lagos

  -  
Copyright © africanews
PIUS UTOMI EKPEI/AFP or licensors -

Nigéria

Le bilan de l’effondrement d’un bâtiment en construction lundi dans le quartier d’Ikoyi, à Lagos au Nigeria est passé à 36 morts.

Le nouveau bilan a été communiqué jeudi par l’Agence nationale de gestion des urgences du pays. Neuf ont déjà extirpés des gravats. Des dizaines de personnes seraient encore coincées sous les décombres selon des témoins.

Le nombre de personnes présentes sur le site au moment de l'effondrement reste indéterminé. Le gouverneur de l'État de Lagos, Babajide Sanwo-Olu, a déclaré mercredi que l'incident était une "terrible catastrophe nationale", ajoutant que "des erreurs ont été commises".

Des failles architecturales et humaines sont aussi pointées par des spécialistes du bâtiment. ‘’ _Ce genre de drame ne tombe pas du ciel. Il s’agit soit à une négligence professionnelle soit à la qualité des matériaux utilisés dans la construction, soit encore au mauvais choix des entrepreneurs. Si vous avez des entrepreneurs qui ne sont pas compétents, vous aurez ce genre de résultat_’’, explique Dipo Ajayi, président de l’ordre des architectes du Nigeria.

Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de ce drame. Mais en attendant, les secours tentent toujours de trouver d’éventuels survivants sous et promettent de ne mettre fin aux opérations qu’après avoir atteint le point zéro. L'effondrement de bâtiments est une tragédie fréquente au Nigeria, le pays le plus peuplé d'Afrique, où des millions de personnes vivent dans des immeubles délabrés et où la législation concernant la construction est régulièrement bafouée.

L'effondrement de bâtiments est une tragédie fréquente au Nigeria, le pays le plus peuplé d'Afrique, où des millions de personnes vivent dans des immeubles délabrés et où la législation concernant la construction est régulièrement bafouée.

Voir plus