Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Malawi : les femmes enceintes désertent les hôpitaux

Au Malawi, Lucy Mbewe, une accoucheuse traditionnelle s'occupe d'une femme enceinte à son domicile.   -  
Copyright © africanews
Thoko Chikondi/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved. -

Malawi

Lucy Mbewe, 56 ans, est une sage-femme traditionnelle réputée au Malawi. Depuis le début de la crise sanitaire, son domicile, qui lui sert également de clinique, ne désemplit plus. Plusieurs jeunes femmes enceintes choisissent ses soins prénataux faits à base de plantes médicinales et dont les prix sont abordables.

L'accoucheuse dit avoir mis au monde 4 000 bébés depuis 1983, de quoi à rassurer les plus sceptiques. Elle soutient que son travail est essentiel pour les femmes qui n'ont pas les moyens de se payer autre chose.

"La plupart du temps, le personnel de l'hôpital est submergé par le nombre et il lui est difficile de vous donner les soins dont vous avez besoin pendant l'accouchement. Certaines sages-femmes sont également insultantes et ne s'occupent pas des patientes comme il se doit. Au lieu de cela, elles se contentent de vous regarder vous débattre dans la douleur au lieu de vous aider. La situation est différente lorsque vous vous adressez à des accoucheuses traditionnelles, car elles vous traitent avec gentillesse", explique Asiyatu Masauli, l'une de ses patientes.

"Lorsque nous allons au centre de santé, ce qu'ils savent, c'est examiner la grossesse, mais on ne nous dit rien sur la position du bébé dans l'utérus et nous restons dans l'ignorance. Mais chez l'accoucheuse traditionnelle, elle prend le temps d'expliquer l'état du bébé à l'intérieur et la solution. Dans les cas où le bébé est mal positionné, elle administre des herbes pour corriger la situation. Grâce à cela, nous ne nous débattons pas beaucoup le jour de l'accouchement. Je suis un témoignage vivant de tout cela, ayant donné naissance à deux enfants ici même, chez elle", continue Margaret Kosamu, également patiente de Lucy Mbewe.

Depuis la pandémie due au coronavirus, seulement 15 à 20 patientes donnent naissance dans les centres de santé. A Blantyre, dans le nord-est du pays, le constat est le même. La plupart des patientes craignent d'attraper le virus.

" Il est vrai qu'avec la pandémie de Covid-19, le regard des gens sur la santé a changé au sujet de la santé et en général à cause des idées fausses et des rumeurs choses que les gens ont entendues sur la Covid. Certaines de ces informations étaient fausses. Certaines craignaient de se rendre dans les centres de santé par peur d'attraper le virus. Pour une accoucheuse traditionnelle, il faut administrer une concoction pour accélérer l'accouchement, c'est une potion désastreuse", détaille le docteur Henry Phiri, Directeur adjoint de la santé reproductive au ministère de la Santé du Malawi.

Au Malawi, les accoucheuses traditionnelles n'ont plus le droit d'exercer depuis 2007. Mais plusieurs poursuivent en toute liberté leur activité au grand bonheur des familles vivant avec de faibles revenus. Elles offriraient la possibilité d'accoucher en toute sécurité.

Voir plus