Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Afrique du Sud : la naissance des décuplés s'est révélée fausse

Afrique du Sud : la naissance des décuplés s'est révélée fausse
Image prise sur Google source Nice-matin.   -  
Copyright © africanews
Image prise sur Google source Nice-matin. -

Afrique du Sud

Ce couple sur la photo présentant une femme enceinte et souriante aux côtés de son mari a fait le tour de la planète. En réalité, la grossesse sur les clichés ne serait qu'une mascarade orchestrée par Gosiame Sithole et son mari.

À Thembisa, dans la banlieue de Johannesburg, la jeune femme de 37 devenue célèbre sur la toile après l'annonce de la naissance de décuplés en début du mois de juin. L'information avait suscité la générosité d’un grand nombre. À l’annonce de la naissance des décuplés, le président du groupe Independent Online qui possède Pretoria News, avait fait don au couple d’un million de rands l'équivalent de 70 000 dollars.

Le compagnon Teboho Tsotetsi avait affirmé aux médias que les prétendues naissances avaient eu lieu à l’hôpital académique Steve Biko de Pretoria. Le maire de Thembisa a confirmé les naissances avant que le porte-parole du gouvernement provincial de Gauteng ne rejette ses affirmations précisant que personne n'avait encore vu les bébés.

Dix jours après les naissances présumées, plusieurs hôpitaux dont le SBAH ont démenti leur implication renforçant les doutes sur la véracité de la grossesse. Pour rappel, média Pretoria News n’avait jamais divulgué le nom de l’hôpital ou madame Gosiame Sithole aurait accouché des décuplés laissant planer le doute.

Après enquête, des examens médicaux ont révélé que la femme de 37 ans n’avait pas été enceinte récemment. Selon le gouvernement provincial, elle a été prise en charge par des services sociaux pour déficit mental.

Quant à Pretoria News à l’origine du tollé, le rédacteur en chef Piet Rampedi fait face à des poursuites judiciaires pour fake news. Néanmoins, il s’est excusé auprès du groupe Independent Online pour atteinte à la réputation du groupe.

Voir plus