Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Nyiragongo : 1 300 enfants disparus pendant la fuite de la population

Cette mère de famille est réunie avec ses enfants grâce à la Croix-Rouge à Minova, le 2 juin 2021.   -  
Copyright © africanews
GUERCHOM NDEBO/AFP or licensors -

République démocratique du Congo

Au milieu du chaos provoqué par des dizaines de milliers de personnes fuyant les zones environnantes d'une éruption volcanique en République démocratique du Congo, des centaines d'enfants ont été portés disparus à Goma et dans les environs de la ville.

Deux semaines après l'éruption du Mont Nyiragongo, des parents désespérés continuent à chercher leurs enfants dans les hôpitaux, les abris et les centres temporaires gérés par la Croix-Rouge et d'autres organisations.

Jeudi, un groupe de femmes attendait à l'extérieur de la tente de la Croix-Rouge tandis que d'autres fournissaient des informations sur leurs enfants aux travailleurs humanitaires, dans l'espoir de les retrouver rapidement.

"Je suis ici à la Croix-Rouge pour chercher mon enfant qui a disparu", a déclaré Noelle Kavira, qui est la mère d'une fillette de huit ans qui a disparu lorsque la famille a évacué Goma et s'est installée à Sake le 22 mai, au moment de l'éruption."Je ne sais pas quand elle est partie, elle était avec ses frères. Maintenant, je souffre en la cherchant, je ne sais pas quoi faire", déclare cette femme de 38 ans.

La souffrance de Kavira est la même que celle ressentie par des centaines de parents de la région qui ont été touchés par le volcan en RDC. "Il s'agit d'environ 1 300 enfants qui ont été recherchés par leurs parents", a déclaré Julia Haremska, déléguée du Comité international de la Croix-Rouge dans le pays.

Un soutien psychologique

Le CICR a également reçu 180 enfants qui étaient à la recherche de leur famille. Cependant, chaque jour, de plus en plus de parents à Goma et dans les villes où des personnes ont été déplacées, contactent différentes agences et organisations à la recherche de leurs enfants. Pour Haremska, le nombre d'enfants disparus est probablement beaucoup plus élevé car de nombreux cas n'ont pas encore été enregistrés.

Le CICR et d'autres groupes ont également travaillé dans les zones voisines où les gens ont fui lors de l'éruption, et où le risque d'une seconde explosion a contraint le gouvernement à évacuer la région pour la deuxième fois en quelques jours.

En plus d'aider les parents et de fournir un abri aux enfants, Haremska a déclaré qu'ils offraient également un soutien psychologique aux enfants qui vivent "dans un état de stress et d'anxiété extrêmes" en raison de la séparation.

Voir plus