Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Sierra Leone : un site touristique menacé par un projet chinois

  -  
Copyright © africanews
SAIDU BAH/AFP or licensors -

Sierra Leone

Le village de Black Johnson semble vivre ses derniers jours paisibles. La faute à un projet de port de pêche chinois qui est dans les tuyaux.

Un site touristique à 35 kilomètres au sud de Freetown, la capitale sierra-léonaise, entre de plages noires une forêt abritant moult espèces fauniques dont des chimpanzés et autres animaux protégés, il est comme un endroit idyllique. La construction de cet ouvrage annoncée le mois dernier par les autorités passe mal. Les riverains par exemple n’ont pas hésité à monter au créneau.

" Je ne suis pas le seul à ne pas être content, tous les propriétaires terriens ici ne le sont pas non plus. Même sur les plages voisines, les gens n’apprécient pas cette idée. ’’, a déclaré Tommy Gbandewa aka Titos, propriétaire d’un bar sur ce littoral.

Dans le pays, la Chine semble avoir mauvaise presse. ‘’ Nous savons ce que les Chinois sont capables de faire, si cela se produit, tout ira très mal. Nous les connaissons depuis l'époque où nous pratiquions des activités de pêche ici, et ils nous causaient du tort avec leurs navires, détruisaient nos filets de pêche, et les autorités ne s'en occupaient jamais, les Chinois étaient toujours libres. ’’, ajoute-t-il.

Mais le gouvernement sierra-léonais brandit les avantages de l’ouvrage à venir notamment en terme d’emplois et de revenus nécessaire dans le pays en proie aux difficultés économiques.

"Maintenant, les navires doivent aller jusqu'au Cap-Vert et dans d'autres pays pour faire la cale sèche des navires, au lieu d'ici. Donc, si nous avons le port, cela va créer des emplois, cela va maintenant nous aider à harmoniser notre secteur de la pêche, cela va permettre de diversifier nos revenus. ", a affirmé Emma Kowa, ministre de la pêche du pays.

Des revenus certes, mais pas en mettant une croix sur la protection de cet écosystème disent les défenseurs de l’environnement.

" Nous savons qu'il y a eu une étude et un protocole d'accord entre le gouvernement de la Sierra Leone et le gouvernement chinois pour faire une étude sur les poissons. Jusqu'à présent, nous nous débattons dans l'obscurité pour mettre la main sur cette étude. Cette étude devrait être rendue publique afin que nous comprenions pourquoi Black Johnson suscite un tel intérêt. ’’, rétorque Joseph Rahall, directeur de l'ONG locale "Green Scener''.

Un intérêt loin d’être faible. Tant la Chine mobilisera 55 millions de dollars pour la construction de ce port de pêche selon les autorités sierra-léonaises.