Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Bobi Wine appelle à des sanctions de la communauté internationale

Bobi Wine lors d'une conférence de presse à son domicile de Magere, en Ouganda, le 15 janvier 2021   -  
Copyright © africanews
SUMY SADRUNI/AFP or licensors -

Ouganda

Le chanteur Bobi Wine réclame la levée de son assignation à résidence et des sanctions contre l'Ouganda, suite aux élections présidentielles du 14 janvier. Dans un tweet le vendredi 15 janvier, Bobi Wine avait déclaré que des soldats encerclaient sa maison, empêchant quiconque d’entrer ou de sortir. Le leader de l’opposition ougandaise appelle la communauté internationale à faire pression sur le président Yoweri Museveni, réélu pour un sixième mandat.

Deuxième du scrutin avec 34,8% des voix, le chanteur de ragga assure que le scrutin a été entaché de fraudes et constitue une "mascarade complète". Avançant avoir des vidéos de bourrages d'urnes, de soldats forçant le choix des électeurs ou de bulletins de vote pré-cochés, Bobi Wine a appelé à des sanctions internationales contre le président Museveni, la libération de prisonniers politiques et à ce que "toutes les nations revoient leurs relations avec l'Ouganda".

Cela fait quatre jours que les militaires ont encerclé notre maison et placé ma femme et moi en résidence surveillée. Nous sommes à court de vivres et lorsque ma femme a essayé d'aller chercher de la nourriture dans le jardin hier, elle a été bloquée et agressée par les soldats.

Autre revendication de l’opposition, l’accès à internet a été rétabli dans le pays ce lundi, alors que les réseaux sociaux sont toujours bloqués.

Le parti de Bobi Wine annonce mettre sur la table toutes les options non violentes pour contester le résultat des élections. La Plateforme de l'unité nationale (NUP) a également indiqué que le député Francis Zaake, arrêté vendredi lors d'une tentative de visite au domicile de l'opposant, a été admis à l'hôpital après avoir été "sévèrement battu et brutalisé" par les forces de sécurité.

"Une fois de plus, une clique minoritaire s'impose à la majorité de l'Ouganda. Nous allons résister à cette situation. Nous allons dire non en utilisant tous les moyens prévus par la loi", a déclaré lors d'une conférence de presse le porte-parole de la NUP, Joël Ssenyonyi.

Nous félicitons les Ougandais qui ont exercé leur droit de vote lors des élections du 14 janvier, tout en restant préoccupés par les informations faisant état d'irrégularités et d'arrestations politiques...

Dans un communiqué du département d'Etat américain, Washington s'est dit "profondément troublé" par "les nombreuses informations crédibles faisant état de violence des forces de l'ordre pendant la période pré-électorale et d'irrégularités pendant le scrutin".

Voir plus