Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Comores : le président de la Cour d'appel de Moroni limogé

Comores : le président de la Cour d'appel de Moroni limogé

Comores

<p><strong>Le président de la Cour d’appel de Moroni, qui a organisé une prière collective alors que tout regroupement est interdit aux Comores dans le cadre de la lutte contre la Covid-19, a été limogé, selon un décret présidentiel.</strong></p> <p>“Il est mis fin aux fonctions de président de la Cour d’appel de Moroni, Idi Bazia”, stipule ce texte, sans expliciter les raisons de la décision.</p> <p>Idi Bazia, qui a pris ses fonctions en avril, impute son limogeage à sa participation récente à une réunion religieuse avec des jeunes. “Prier avec des jeunes, mineurs, n’est pas un délit, tout au plus une contravention,” a-t-il réagi auprès de l’<span class="caps">AFP</span>.</p> <p>Mais une source sécuritaire qui a souhaité conserver l’anonymat a aussi expliqué à l’<span class="caps">AFP</span> que le magistrat a été écarté pour avoir exprimé sa volonté de “nettoyer la maison”.</p> <p>M. Bazia a indiqué qu’il souhaitait s’occuper “très rapidement (…) des dossiers en souffrance et des cas litigieux (…), juger ceux qui devaient être jugés, libérer ceux qui devaient l‘être, y compris Sambi”, a précisé la même source.</p> <p>L’ex-président Ahmed Abdallah Sambi (2006-2011), principal adversaire de l’actuel président Azali Assoumani, est placé en détention provisoire dans l’attente de son procès depuis plus de deux ans, bien au-delà des délais légaux.</p> <p>Il est accusé de corruption et détournement de deniers publics dans un scandale de vente de passeports comoriens à des apatrides des pays du Golfe.</p> <p>Son état de santé s’est considérablement dégradé depuis un an et requiert des soins à l‘étranger que lui refusent les autorités, malgré une ordonnance du juge d’instruction établie début janvier qui autorise son évacuation sanitaire.</p> <p>L’opposition compare le régime comorien à une “dictature”. Elle n’a jamais reconnu la réélection d’Azali Assoumani en 2019, à ses yeux entachée de fraudes.</p> <p><strong><span class="caps">AFP</span></strong></p>
Voir plus