Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Comores : le président appelle l'opposition à participer aux législatives

Comores : le président appelle l'opposition à participer aux législatives

Comores

<p><strong>Le président comorien Azali Assoumani a appelé l’opposition à participer aux élections législatives prévues début 2020 et qu’elle menace de boycotter à moins que ses exigences, notamment de transparence du scrutin, soient remplies.</strong></p> <p>“Mon souhait le plus ardent est qu’ils (l’opposition) viennent participer à ces élections car nous avons beaucoup à faire” sur le plan législatif, a déclaré le président Azali dans une interview diffusée mercredi soir sur la chaîne de télévision France 24.</p> <p>“Ils ont boycotté le référendum (en juillet 2018), ils sont venus aux élections présidentielles (en mars 2019), ce que j’ai beaucoup apprécié, je les en remercie”, a-t-il ajouté.</p> <p>Le référendum constitutionnel a renforcé les pouvoirs du président Assoumani, notamment en l’autorisant à accomplir deux mandats successifs au lieu d’un. Quelques mois plus tard, le chef de l’Etat sortant a été réélu à la tête du pays, lors d’un scrutin entaché, selon l’opposition et des observateurs internationaux, de fraudes.</p> <p>L’opposition comorienne a conditionné sa participation aux législatives de 2020 à plusieurs exigences, notamment le vote de la diaspora et la garantie de scrutins “transparents, libres et démocratiques”.</p> <p>Mais le président Azali a refusé publiquement de répondre à ces demandes, se bornant à dire sur France 24 que “ce serait un plaisir” que l’opposition participe aux législatives.</p> <h2 style="font-size:16px;">Les accusations de fraude rejetées</h2> <p>Il a en outre de nouveau rejeté les accusations de fraude lors de la présidentielle. “Les élections se sont très bien passées (…). Je n’ai jamais vu une campagne aussi bien se passer”, a-t-il affirmé.</p> <p>Interrogé sur l’objectif de la France d’expulser 25.000 personnes de l‘île de Mayotte, que revendique l’Union des Comores, le président Azali s’est dit “attristé”.</p> <p>“Il y a des Comoriens à Paris, à Marseille (sud de la France), pourquoi des Comoriens ne peuvent pas être à Mayotte ? Voilà le paradoxe !”, a-t-il estimé.</p> <p>Le président français Emmanuel Macron, en déplacement à Mayotte en octobre, a assuré que la France allait expulser plus de 25.000 personnes en 2019 dans le cadre d’une opération de lutte contre l’immigration clandestine lancée en août.</p> <p>Dans cet archipel de 374 km2, devenu département français en 2011, 48% des 256.000 habitants sont des étrangers, dont 95% de Comoriens, selon les statistiques officielles. </p> <p>Situé à 70 kilomètres de l‘île comorienne d’Anjouan, Mayotte fait figure d’eldorado pour les Comoriens, qui tentent, souvent au péril de leur vie, la traversée.</p> <p><strong><span class="caps">AFP</span></strong></p>
Voir plus