Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Côte d'Ivoire : marche après le viol et la mort d'une fillette

Côte d'Ivoire

<p><strong>Plusieurs dizaines de personnes ont marché dimanche à Abidjan pour dénoncer la mort – après un viol – d’une fillette de trois ans, crime très médiatisé et abondamment commenté sur les réseaux sociaux.</strong></p> <p>Bouassa Ahou Océane est morte après avoir été violée dans son village de Bore-Ettienkro, à 25 km de Dimbokro (centre), avait annoncé mardi la ministre ivoirienne de la Famille et de l’enfant, Ramata Ly-Bakayoko, évoquant “un acte ignoble”.</p> <p>La fillette a été enlevée et violée lundi, puis abandonnée dans les broussailles près de son village. Elle avait été hospitalisée à Abidjan sans que les médecins puissent la sauver.</p> <p>“Viols d’enfants, la fin du silence”, “Stop à la violence envers les enfants”, lisait-on sur les banderoles et affiches tenues par des manifestants vêtus de tee-shirts rouges et blancs.</p> <p>“Il faut commencer à sensibiliser”, a expliqué Hassan Hayek, l’initiateur de la marche.</p> <p>“On a trop longtemps gardé le silence. Il est aujourd’hui temps d’en parler”, a déclaré Sylvie Ossen qui a pris part à cette marche silencieuse qui s’est déroulée dans le quartier chic de Cocody.</p> <p>Après cette marche silencieuse, les manifestants ont allumé des cierges et déposé des fleurs à la mémoire de Bouassa Ahou Océan. </p> <p>Les funérailles seront prises en charge par l’Etat, avait assuré Ramata Ly-Bakayoko, la ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, promettant que “tout sera mis en œuvre pour retrouver les criminels”.</p> <p>Elle avait également annoncé le viol d’une autre “fille de 16 ans (dont elle avait été au chevet) par sept individus, dans la localité d’Aboudé Mandeké à 45 km d’Agboville, au Sud de la Côte d’Ivoire.</p> <p><strong><span class="caps">AFP</span></strong></p>
Voir plus