Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

This is Culture

this-is-culture

Des danseurs urbains du Sénégal immortalisés dans un film documentaire envoûtant

Des danseurs urbains du Sénégal immortalisés dans un film documentaire envoûtant

Sénégal

« L’appel de la danse » ou « L’Appel à la danse » en français original est une célébration de la danse au Sénégal. C’est un documentaire saisissant sur la scène de danse vibrante du pays et le premier d’une série qui se penchera sur la danse à travers le monde. Il retrace la danse urbaine de Dakar en passant par les rythmes traditionnels, les sons et les moments socioculturels de la vie sénégalaise.

Il est actuellement en tournée en Europe où il a été montré en France, en Espagne et aux Pays-Bas et est sur le point de passer sur les écrans allemands. Il est également brièvement revenu au Sénégal pour une visite à Dakar et à Ziginchor au début de cette année.

A l’exception de deux pièces de concert chorégraphiées par la danseuse et directrice artistique Diane Fardoun, qui a grandi au Sénégal, tous les moments de danse du documentaire sont spontanés, qu’il s’agisse de compétions hip-hop, de cérémonies d’initiation ou de lutteurs sénégalais traditionnels se préparant à se battre sur une plage.

Fardoun, Durosoy et le cameraman Hugo Bembi sont les créateurs du film. La musique a été composée par Julien Villa qui a créé des morceaux électroniques quasi continus à partir d’heures de musique et de sons de rue issus des tournages.

Durosoy, dont la passion pour la danse urbaine a motivé sa recherche des portraits intimes de danseurs et de musiciens dans le film, dit que le documentaire n’est pas un répertoire exhaustif de toutes les danses au Sénégal. Il décrit cela comme une rencontre avec les Sénégalais qui ont présenté à l‘équipe leur vie, leurs défis et leur combat.

Tout a commencé en 2014

« Nous voulions montrer ce moment précis où les êtres humains, les danseurs, les danseuses basculent dans un monde different quand en fait ils ne peuvent pas résister à ce mettre en mouvement. Est-ce que c’est par la joie, est ce que c’est par la fête, la tradition, le groupe, la compétition? Et voilà, on n’a voulu capturer ces moments en fait d’appel à la danse, les moments où les gens se dépassent et s’en vont en fait dans un état qui est quasiment un état de transe » “a déclaré Durosoy.

‘Pi’ Amadou Lamine Sow, est un danseur afro-pop sénégalais qui joue dans le film en dansant aux côtés de l’un de ses idoles, Papa Sangone Vieira. Il fait partie des plus jeunes danseurs de rue du documentaire.

Sow est venu des rues de Dakar où la danse urbaine évolue constamment. Les mouvements Afro Pop sont généralement dansés sur de la musique Afrobeat, mais s’inspirent du hip hop, de la capoeira et d’un art martial africain connu sous le nom de «ndekett».

“La danse Afro-Pop c’est l’enracinement en plus de l’ouverture. Quand on parle d’enracinement c’est d’aller vraiment dans la danse traditionnelle qui nous est pur et s’ouvrir au monde, à d’autres styles de danse qui existent partout comme le hip hip, la capoeira, la salsa, d’autres danses du monde qui créent ce pathwork, ce collage de danses”, a déclaré Sow.

Au Sénégal, l’Afro Pop a été imaginé pour la première fois en 2014 par Papa Sangone Vieira, de Dakar, qui s’est inspiré des danses de sabar rapides et de transes exécutées par des femmes lors de célébrations de mariages dans la rue, des baptêmes et autres manifestations de joie au son des battements de tambour Sabar. par des «griots» traditionnels – les poètes itinérants traditionnels d’Afrique de l’Ouest.

Sow a commencé sa carrière de danseur hip-hop en 2011. Il s’est tourné vers l’Afro Pop lorsqu’il a vu Vieira à la télévision mêler Sabar à B-boying et au hip-hop.

“ Souvent, quand on danse le Sabar, ce n’est pas bien vu parce que les gens disent que c’est une danse un peu féminine, les parents ne l’acceptaient pas et à l‘époque, j‘étais danseur hip hop, je ne faisais que de la danse hip hop. Un jour, je regardais une émission à la télévision et j’ai vu ce type (faisant référence au célèbre danseur sénégalais Papa Sangone Vieira) qui danse le Sabar, la danse que les gens trouvaient mauvaise et même si j’avais la même opinion à ce sujet, je l’ai vu danser le Sabar et le mélanger avec B -Boying et tout ça et j’e ai été fasciné, comment il l’a fait, comme c‘était beau à regarder et comme c‘était bien coordonné. Depuis lors, c’est ce qui m’est arrivé, j’ai été fasciné par cette danse, c’est pourquoi j’ai décidé de devenir danseur afro-pop “, a-t-il déclaré.

Vieira, un mentor respecté de la communauté de la danse urbaine de Dakar, est décédé accidentellement l’année dernière avant la sortie du film.

Pierre Claver Belleka, dit Dexter, un libérien danseur de Krump installé au Sénégal, est un autre danseur du film.

Le Krump est plus expressif que l’Afro Pop et s’appuie moins sur les sons traditionnels. Il est originaire des États-Unis des années 90 et est un acronyme de Kingdom Radically Uplifted Mighty Praise.

Film est né des ghettos américains

Dexter affirme que ce film est né des ghettos américains et a permis aux jeunes de rester en dehors des gangs en exprimant leur frustration par le biais de mouvements de danse intenses et exagérés sur la musique. Le Krump apparaît dans des vidéos de musique comprenant “Hung Up” de Madonna et “Im Really Hot” de Missy Elliott.

Aujourd’hui, Dexter danse dans deux compagnies, notamment Art-Track et La Mer Noire, la première compagnie de danse de rue sénégalaise. Il a également présenté une vidéo sur le recyclage de la chaîne de mode H & M avec la chanteuse MIA, une vidéo d’art sur les gangs d’orphelins à Dakar du réalisateur britannique Christopher Michael Tew et une vidéo de performance créative sur une musique de Dinah Washington et Max Richter d’Hugo Bembi qui a tourné ‘L’Appel à la Danse’.

Dexter, qui se décrit comme un libérien timide ayant grandi dans son pays d’origine, ainsi qu’en Côte d’Ivoire et en République Centrafricaine en période de conflit, dit que le Krump lui a permis d’exprimer la colère et la violence qu’il avait absorbées dans son enfance.

“Moi, je veux montrer que nous pouvons faire un changement, qu‘à travers ma danse je peux transmettre des messages comme n’importe quel homme politique influent, je peux révéler des choses, changer les mentalités, je peux gagner ma vie, gagner de l’argent, créer des emplois, etc.” Il y a beaucoup de choses à faire grâce à la danse et pour moi, je peux montrer à la société africaine que l’art offre des possibilités et j’utilise mon corps comme vecteur de changement”, a déclaré Dexter.

“L’Appel à la danse”, une production de Screen Skin, réalisé par Diane Fardoun, tourné par Hugo Bembi, grâce à la recherche de Pierre Durosoy et composé par Julien Villa.

Reuters