Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

world

Vers une meilleure responsabilisation des acteurs de la société civile de Gao dans la vie publique

Vers une meilleure responsabilisation des acteurs de la société civile de Gao dans la vie publique

L’Appui au dialogue entre la société civile et les acteurs des collectivités territoriales, pour l’inclusion politique, la prise de décision et la gouvernance collaborative, est le thème d’une formation qui s’est tenue les 5 et 6 février derniers à Gao, au siège de la coordination régionale des associations et ONG de la ville. Financée par la MINUSMA, à travers sa Division des Affaires Civiles (DAC), elle a concerné des participants issus des organisations de la société civile (OSC) de la cité des Askia. 

L’objectif de cette formation est d’appuyer la société civile afin qu’elle joue mieux son rôle dans la vie publique. Ceci, en la dotant des outils techniques nécessaires pour améliorer sa participation au processus démocratique, dans la réforme de l’Etat, la bonne gouvernance, la décentralisation, le développement et le changement social, à travers le processus de redevabilité et de contrôle du citoyen. Cette formation s’est déroulée sous l’expertise du Forum National des OSC. Une expertise qui est parvenue à forger le leadership et le devoir d’action chez les participants, qui, pour la plupart, ne prenaient pas en compte certains paramètres de la vie associative.

Renforcer leurs liens avec les communautés, établir un dialogue entre la société civile et l’administration, offrir des opportunités de collaboration et de partenariat avec les ONG ainsi que les agences du système des Nations Unies, ont été, entre autres capacités, offertes aux participants. « Cette formation nous a permis de cerner beaucoup de choses que nous ne connaissions pas, à savoir : les qualités d’un bon membre associatif, le rôle fondamental d’une association, l’importance d’un procès-verbal, la restitution à la base… Nous avons aussi compris la différence entre une association et un parti politique et les limites que nous devons nous fixer entre les deux.  Nous avons surtout appris notre rôle dans le contrôle de l’action publique. Pour cela, il nous faut nous intéresser à la chose et contribuer à l’exécution des actions dans nos communautés. Nous remercions énormément la MINUSMA pour nous avoir donné une telle opportunité », a expliqué Chabane Yacouba Maiga, du Conseiller local des Jeunes de Kadji.

En soutenant cette initiative, la Division des Affaires Civiles de la MINUSMA souhaite encourager les acteurs de la société civile à consacrer plus d’énergie à animer le processus de redevabilité et de contrôle citoyen, au niveau local et plus de participation au processus démocratique, dans la réforme de l’Etat, la décentralisation, le développement et le changement social. « La MINUSMA a soutenu cette formation pour mieux outiller la société civile afin qu’elle puisse remplir efficacement son rôle d’acteur de la société car il est difficile de voir une société avancer lorsqu’elle n’est pas dynamique et ne maitrise pas la fonction pour laquelle elle se constitue en organisation », a rappelé M. Queson Jean Louis, officier de la Division des Affaires Civiles de la MINUSMA à Gao. Dans les jours à venir, cette même formation  sera organisée au niveau des collectivités territoriales dans les régions de Ségou, Mopti, Tombouctou, Touadenit et Ménaka.

Distribué par APO Group pour United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali (MINUSMA).United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali (MINUSMA)
Télécharger le logo
Africanews propose à ses lecteurs du contenu fourni par APO Group. Africanews n'apporte aucun changement à ce contenu.