Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Centrafrique : 14 groupes armés pour un seul territoire

République Centrafricaine

<p><strong>Chacun maitrisant une partie plus ou moins importante du territoire centrafricain, quatorze groupes armés sont parvenus à conclure avec les autorités de Bangui un accord de paix, paraphé mardi à Khartoum.</strong></p> <p>Depuis la chute du président François Bozizé en 2013, qui a marqué le début d’une profonde crise en Centrafrique, ces groupes contrôlent environ 80% du territoire, où une mission de l’<span class="caps">ONU</span> (Minusca) et l’armée tentent d’empêcher les violences quotidiennes.</p> <h2 style="font-size:16px;">Deux influents groupes de l’ex-Séléka</h2> <p>Officiellement, la coalition de la Séléka (alliance en langue locale), à l’origine de la chute de François Bozizé, a été dissoute en 2013. Mais deux groupes armés créés par d’ex-généraux de la Séléka ont aujourd’hui une grande influence: le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (<span class="caps">FPRC</span>) et l’Unité pour la paix en Centrafrique (<span class="caps">UPC</span>).</p> <p>Le <span class="caps">FPRC</span>, dirigé politiquement par Noureddine Adam et militairement par Abdoulaye Hissene, tous deux sous sanctions de l’<span class="caps">ONU</span>, est basé dans le nord du pays, à Birao et Ndele. L’influence du groupe s‘étend jusqu’au centre du pays (de Kaga Bandoro à Bria), région riche en ressources minières.</p> <p>L’<span class="caps">UPC</span>, emmené par Ali Darassa, est lui basé dans le centre, à Alindao et Bambari. Jusqu’en 2017, le <span class="caps">FPRC</span> et l’<span class="caps">UPC</span> combattaient pour le contrôle du centre de la Centrafrique. Ils sont alliés depuis octobre 2017, période à laquelle ils ont signé un accord de cessation des hostilités à Ippy.</p> <p>Un troisième ex-général de la Séléka garde une influence notable: le Tchadien Mahamat Al-Khatim, qui a créé en 2015 le Mouvement patriotique pour la Centrafrique (<span class="caps">MPC</span>). Allié du <span class="caps">FPRC</span> et de l’<span class="caps">UPC</span>, le <span class="caps">MPC</span> est installé à Kabo et le long de la frontière tchadienne, dans le nord du pays.</p> <h2 style="font-size:16px;">Groupes antibalaka épars</h2> <p>Les milices antibalaka, créées en 2013 en réaction à la prise de Bangui par la Séléka en s’autoproclamant d’“autodéfense”, sont aujourd’hui divisées en deux branches.</p> <p>L’une est emmenée par Patrice-Edouard Ngaïssona, l’ancien “coordinateur” des milices, toujours influent, qui a été transféré à la Cour pénale internationale (<span class="caps">CPI</span>) début janvier. M. Ngaïssona est réputé proche de l’ex-président François Bozizé en exil.</p> <p>L’autre branche dépend de Maxime Mokom (sous sanctions américaines) qui a créé une alliance avec des groupes de l’ex-Séléka en 2015 en signant les accords de Nairobi.</p> <p>Cette alliance conclue de façon opportuniste pour assurer aux signataires le contrôle d’un large territoire, comprenait aussi le groupe armé Rassemblement patriotique pour le renouveau de la Centrafrique (<span class="caps">RPRC</span>), un petit groupe armé basé à Bria.</p> <h2 style="font-size:16px;">D’autres petits groupes locaux</h2> <p>Dans l’ouest et le nord-ouest du pays, d’autres petit groupes armés à l’influence locale, composés de quelques centaines de combattants tout au plus, sont installés sur les couloirs de transhumance de bétail, aux frontières du Tchad et du Cameroun.</p> <p>Parmi ceux-ci, se trouve le groupe armé Retour, réclamation et réhabilitation (3R), créé en 2016 par Abass Sidiki dans la préfecture de Nana-Mambéré.</p> <p>Les groupes Révolution justice (RJ), le Mouvement national pour la libération de la Centrafrique (<span class="caps">MNLC</span>) de l’ex-officier de la Séléka Ahmat Bahar, ou encore le Front démocratique du peuple centrafricain (<span class="caps">FPDC</span>) sont aussi présents dans la zone, riche en or et diamants.</p> <b> >>> <span style="color:#d1420a;"><span class="caps">LIRE</span> <span class="caps">AUSSI</span></span> : <a href="http://fr.africanews.com/2019/02/02/centrafrique-un-accord-de-paix-obtenu-a-khartoum/">Centrafrique : un accord de paix obtenu à Khartoum</a> </b> <p><strong><span class="caps">AFP</span></strong></p>
Voir plus