Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Cameroun : l'opposition annule des manifestations prévues samedi

Cameroun : l'opposition annule des manifestations prévues samedi

Cameroun

<p><strong>Le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (<span class="caps">MRC</span>), parti de l’opposant Maurice Kamto arrêté lundi, a décidé d’annuler des manifestations prévues samedi dans plusieurs villes du pays pour réclamer sa libération, a annoncé un dirigeant du <span class="caps">MRC</span>.</strong></p> <p>“Le <span class="caps">MRC</span> ne manifestera pas aujourd’hui” samedi, a affirmé à l’<span class="caps">AFP</span> Emmanuel Simh, l’un des vice-présidents du <span class="caps">MRC</span>, sans vouloir en dire plus sur les raisons de cette décision.</p> <p>Les manifestations prévues dans la capitale Yaoundé avaient été interdites par le préfet de région qui, pour “la préservation de l’ordre public”, avait demandé à leurs organisateurs d’y renoncer.</p> <p>Maurice Kamto, président du <span class="caps">MRC</span> et principal opposant au Cameroun depuis la présidentielle d’octobre 2018, a été arrêté lundi, deux jours après une vague de manifestations de son parti non autorisées dans plusieurs villes du Cameroun, dont Yaoundé et la capitale économique Douala.</p> <p>Samedi, il était toujours détenu au Groupement spécial d’opérations (<span class="caps">GSO</span>), unité d‘élite de la police, selon M. Simh.</p> <b> >>> <span style="color:#d1420a;"><span class="caps">LIRE</span> <span class="caps">AUSSI</span></span> : <a href="http://fr.africanews.com/2019/01/31/cameroun-huit-chefs-d-accusation-dont-celui-de-rebellion-contre-l-opposant-kamto/">Cameroun : huit chefs d’accusation dont celui de rébellion contre l’opposant Kamto</a> </b> <h2 style="font-size:16px;">Montée des appels à “la haine tribale”</h2> <p>M. Kamto est accusé de “rébellion”, “incitation à l’insurrection”, “attroupement”, “hostilité à la patrie”, “trouble à l’ordre public, association de malfaiteurs”, selon ses avocats.</p> <p>Les 200 personnes qui ont été interpellées il y a une semaine, selon le parti, font l’objet d’enquêtes préliminaires pour les mêmes infractions.</p> <p>Le Conseil national de la Communication (<span class="caps">CNC</span>), l’organe de régulation du secteur, avait noté jeudi une montée des “appels à la sédition ou d’incitations à la haine tribale” dans les médias et sur les réseaux sociaux. Il avait appelé “l’ensemble des acteurs du secteur médiatique à faire preuve de professionnalisme et de responsabilité dans la collecte, le traitement et la diffusion des informations destinées à l’opinion publique”.</p> <p>Depuis l’annonce des résultats de la présidentielle, fin octobre, plusieurs manifestations non autorisées ont été organisées par le <span class="caps">MRC</span> contre ce qu’il qualifie de “hold-up électoral”.</p> <p>Maurice Kamto, avocat, ancien ministre de la Justice et ex-candidat du <span class="caps">MRC</span>, est arrivé deuxième (14,23 % des suffrages) derrière Paul Biya, réélu pour un septième mandat consécutif avec 71,2 % des voix, selon les résultats du Conseil constitutionnel.</p> <p><strong><span class="caps">AFP</span></strong></p>
Voir plus