Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

This is Culture

this-is-culture

Une artiste sud-africaine fait des photos en s’inspirant de ses racines

Une artiste sud-africaine fait des photos en s’inspirant de ses racines

Afrique du Sud

‘‘Falling’‘, est l’un des titres de l’artiste sud-africaine Sethembile Msezane. Une chanson qui parle des oiseaux de pierre, capturés dans le Grand Zimbabwe et finalement remis en liberté, à l’exception d’un.

L’artiste de 27 ans est aussi et avant tout une photographe. Et c’est à Londres qu’elle ouvre sa première exposition personnelle à la galerie Tyburn intitulée «Speaking through Walls» (Parler à travers les murs) sous le double thème les rêves et le culte ancestral.

Neuf œuvres photographiques prises en Afrique du Sud et au Zimbabwe sont exposées au public.

Ce corpus parle de cette introduction du monde ancestral ou spirituel aux questions de la terre. Parce que la terre est le lieu où se trouvent les os de nos ancêtres, nos rituels et nos traditions.

“Montrer mon travail ici à Londres signifie qu’il y a un public différent, mais cela ne veut pas dire que les gens ne peuvent pas nécessairement se connecter a ce travail. Et dans le travail, vous savez, il y a de personnes qui retrouvent leur propre humanité, qui ressentent la solitude dans un paysage, mais aussi qui se retrouvent elles meme et captent les réflexions qui se produisent dans ces espaces. Et donc, je ne pense pas que le montrer dans un contexte différent signifie que le message ne sra pas entendu .” S’explique-t-elle sur les raisons de son choix.

Les images qui montrent soit l’Afrique du Sud, soit le Zimbabwe ont été largement diffusées dans ces deux pays, mais avec un attrait plus large. Sethembile déclare avoir des idées philosophiques plus profondes de la solitude et des réflexions dans différents contextes transcendent la géographie.

L’artiste entrelace mythe et histoire politique en une histoire sans faille qui explore la spiritualité, la commémoration et les systèmes de connaissances africains.
Plusieurs photographies comme “Water bodies (Plans d’eau) – Ishinquomo I et II”, montrent Sethembile vivante accompagnée de son incarnation de l’esprit dans un bateau, sur un plan d’eau – libre de toute connexion avec un pays particulier.

Elle n’est peut-être pas un médium spirituel au sens habituel du terme, mais ses rencontres avec ses propres ancêtres, que ce soit en rêve ou dans le cadre de sa vie quotidienne, renseignent en grande partie sur son travail, saluée par plusieurs visiteurs.

“J’adore son travail. C’est … il y a une très bonne interaction avec sa spiritualité et ses ancêtres, d’où elle vient et les racines – ses racines. Et aussi les circonstances politiquement chargées dans lesquelles elle prend des photographies, le lieu où elle se place et la manière dont elle se place.” S‘émerveille La collectionneuse d’objets d’art Lauren Fabian.

Les thèmes généraux de son travail sont en majorité influencés par le rêve et les rencontres avec les esprits.

Certaines des photographies sont imprimées sur des miroirs antiques, de sorte que le spectateur les voit reflétées dans le verre et entrevoit les images imprimées sur le miroir.

La psychologue clinicienne Skyetshookil Chirape fait écho avec le travail et ressent un lien profond

REUTERS

Voir plus