Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Contentieux électoral en RDC : la Cour constitutionnelle examine la requête de Fayulu ce mardi

Contentieux électoral en RDC : la Cour constitutionnelle examine la requête de Fayulu ce mardi

République démocratique du Congo

La Cour constitutionnelle de RDC examine ce mardi le recours introduit par Martin Fayulu, candidat malheureux à la présidentielle du 30 décembre remportée selon la commission électorale par Félix Tshisekedi.

« La Cour constitutionnelle va commencer à examiner le recours de Martin Fayulu demain (mardi) à partir de 9 h 30 », a confié ce lundi à des médias locaux, Baudouin Mwehu, attaché de presse au cabinet du président de la Cour constitutionnelle.

Benoit Lwamba Bindu et ses collaborateurs examineront plusieurs requêtes dont celle de Martin Fayulu, candidat de la coalition Lamuka à la présidentielle du 30 décembre en RDC. Selon la Commission électorale nationale indépendante (CENI), ce scrutin avait été remporté par Félix Tshisekedi de Cap pour le changement (CACH), une autre coalition de l’opposition, avec 38 % des voix contre 34 % pour Fayulu et 24 % le dauphin de Kabila, Emmanuel Ramazani Shadary.

Mais, des chiffres que Fayulu a vivement contestés, évoquant un « putsch électoral » tout en revendiquant la victoire avec 61 % des suffrages. Une sortie qui a provoqué la semaine dernière des manifestations dans certaines villes du pays dont Kikwit, bastion de Fayulu où la répression a fait une dizaine de morts aussi bien dans les rangs de la police que des manifestants.

La Conférence épiscopale qui avait déployé plus de 40 000 observateurs lors du scrutin avait de son côté déclaré que les résultats publiés par la CENI ne sont pas conformes à la réalité des urnes, sans toutefois révéler le nom du vainqueur comme elle avait déclaré avant que la commission électorale ne rende publics les chiffres.

L‘église protestante qui avait déployé 10000 observateurs, appelle de son côté, la Cour constitutionnelle à « dire le droit ».

Des organisations régionales pour un recomptage des voix

Partageant l’avis du clergé, des institutions et puissances internationales dont la Belgique, la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL) et la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) proposent pour leur part un recomptage des voix.

« Que l’on publie les procès-verbaux, ce que demande l’UE, ce que demandant les Etats-Unis, l’Union africaine, la région australe (..), parce qu’il est important qu’on puisse vérifier la correspondance des chiffres avec ce que les Congolaises et les Congolais ont exprimé dans les urnes », a estimé lundi le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders.

Si la Cour constitutionnelle confirme les données de la CENI, Tshisekedi devrait devenir le cinquième président de la RDC, le premier à bénéficier d’une transmission pacifique et démocratique du pouvoir.

Mais, faute de majorité l’Assemblée nationale, le président de l’UDPS devra nommer son Premier ministre dans le camp Kabila étant donné qu’il conserve la majorité à l’Assemblée nationale. Une cohabitation qui risque de faire de Tshisekedi un président honorifique.

>>> LIRE AUSSI : Contentieux électoraux en RDC : les protestants demandent à la justice de dire le droit
>>> LIRE AUSSI : RD Congo : la SADC favorable à un gouvernement d’union et au recomptage
>>> LIRE AUSSI : RDC : vers une cohabitation historique
Voir plus