Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Égypte – harcèlement : un militant demande la grâce pour sa femme

Égypte – harcèlement : un militant demande la grâce pour sa femme

Egypte

Un militant des droits de l’homme dont la femme a été condamnée à deux ans de prison en Égypte pour avoir dénoncé le harcèlement sexuel, demande sa grâce au président Abdel Fattah al-Sissi.

Arrêtée en mai 2018, l’ancienne actrice et mannequin Amal Fathi a été condamnée dimanche en appel à 2 ans de prison ferme pour “diffusion de fausses informations” et “incitation au renversement du régime”.

Elle avait partagé sur les réseaux sociaux une vidéo dans laquelle elle critiquait le manque d’action des autorités face au harcèlement sexuel en Égypte.

"C'est d'une certaine manière une pression sur moi pour que j'arrête mon travail en faveur des droits de l'Homme".

“Amal a été arrêtée en mai après avoir posté une vidéo sur sa page Facebook condamnant le harcèlement sexuel à l‘égard des femmes, car elle avait été harcelée à deux reprises en moins d’une heure le même jour.” À expliqué Mohamed Lotfi, directeur de la Commission égyptienne pour les droits et les libertés (ECRF).

L’accusée a déclaré avoir été harcelée par un chauffeur de taxi puis par un surveillant de banque le même jour. Elle avait enregistré dans la foulée une vidéo dans laquelle elle exprimait son exaspération, a expliqué son époux.

Agé de 37 ans, Mohammed Lotfi, 37 ans, a appelé le président Sissi à prendre en compte le fait que sa femme, mère d’un enfant de trois ans, est “une victime” de harcèlement, souffrant d’un “traumatisme” et d’une “dépression” pour laquelle elle suit un traitement.

“En tant que son mari et elle-même, nous demandons tous les deux au président de la République de gracier Amal Fathi, car elle est en fait une victime. Dans certains cas, les victimes ne sont pas au courant de la loi et des moyens légaux pour obtenir leurs droits.” A-t-il plaidé.

Actuellement assignée à résidence, Mme Fathi doit se rendre au commissariat chaque semaine. M. Lotfi craint qu’elle soit de nouveau arrêtée samedi lors de son prochain rendez-vous.

M. Lotfi, de nationalités égyptienne et suisse, estime que son propre engagement pour les droits de l’Homme est “la vraie raison” de la condamnation de sa femme.

Le harcèlement dit de rue est un phénomène largement dénoncé en Égypte où des campagnes de sensibilisation ont été lancées par le gouvernement.

AFP

Voir plus