Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Mort d'Habyarimana : non-lieu en France pour sept proches de Paul Kagame

Mort d'Habyarimana : non-lieu en France pour sept proches de Paul Kagame

Rwanda

Sept proches du président Paul Kagame, qui avaient été mis en examen dans le cadre de l’assassinat de Juvénal Habyarimana, sortent des mailles de la justice française suite à un non-lieu prononcé en leur faveur. Parmi ces pontes du régime de Kigali, James Kabarebe, l’actuel ministre rwandais de la Défense. L’interminable instruction a duré plus de vingt ans. Les détails.

Les juges antiterroristes Français ont ainsi décidé ; non-lieu pour les sept proches (tous Rwandais) du président Kagame. Mais pourquoi une telle décision de justice alors que plane sur le président rwandais de lourds soupçons d’implication dans le meurtre de Juvénal Habyarimana ?

Un élément de réponse apparaît tout de même ; Jean-Marc Herbaut et Nathalie Poux, tous deux juges d’instruction de la branche antiterroriste, affirment ne pas détenir un volume suffisant d‘éléments à charge pour prétendre à un procès contre les désormais ex-mis en cause.

C'est leur droit, ils vont interjeter appel et nous répondrons devant la chambre d'instruction.

Cette décision de justice, qui avait déjà été requise par le parquet de Paris le 10 octobre, fait la joie du Rwanda, particulièrement celle des pro-Kagame. D’aucuns y voient même un cadeau de Noël offert par la France au Rwanda, d’autant que le non-lieu avait été déclaré le 24 décembre, la veille de la fête de la nativité.

A Kigali, la réaction de Richard Sezibera, le porte-parole du gouvernement, ne s’est pas fait attendre. Pour lui, elle (la décision de justice) ‘‘met un terme à une tentative éhontée, durant les deux dernières décennies, de faire obstacle à la justice quant au génocide des Tutsis’‘.

Une décision qui serait en réalité ‘‘politique’‘

En face, la famille Habyarimana, la partie civile donc, fait entendre un autre son de cloche. Maître Philippe Meilhac, l’avocat de la famille du défunt président, parle d’une décicion ‘‘politique’‘. Pour lui, cela se justifie par la nomination de la rwandaise Louise Mushikiwabo à la tête de la Francophonie en octobre dernier, alors que la justice française se prononçait sur l’affaire le même mois.

Me Philippe Meilhac ne manque pas d’ajouter que la justice de l’Hexagone s’est retrouvée face à d’innombrables obstacles tout au long de l’instruction longue de plus de vingt ans.

Se prononçant sur l’argument des juges Jean-Marc Herbaut et Nathalie Poux quant à la raison de l’abandon des charges, l’avocat nuance les choses : ‘‘les juges d’instruction ne considèrent pas qu’il n’y a pas de charge, mais qu’en termes de gravité, elles ne sont pas suffisantes pour ordonner un renvoi devant la cour d’assises, un procès.’‘

Me Meilhac, qui tient effectivement à ce qu’un procès se déroule, compte faire appel du non-lieu prononcé. Ce qui n’est pas du tout du goût de Me Léon-Lef Forster, l’avocat des proches de Kagame.

Me Léon-Lef Forster : ‘‘il y a eu pendant des mois et des années une volonté de faire porter la suspicion sur les personnes mises en examen, sans essayer de vouloir rechercher d’autres pistes. C’est leur droit, ils vont interjeter appel et nous répondrons devant la chambre d’instruction.’‘

L’affaire risque de s‘éterniser, vu que les deux parties ne sont pas prêtes à enterrer la hache de guerre.

Au soir du 6 avril 1994, le Falcon 50 dans lequel se trouvait (entre autres) le président rwandais Juvénal Habyarimana, se faisait abattre par un missile sol-air. L’appareil, qui le ramenait de Tanzanie, a été abattu alors qu’il amorçait son atterrissage sur l’aéroport de Kigali.

La mort d’Habyarimana (voir photo) a conduit au génocide des Tutsis et des Hutus modérés au Rwanda. Un génocide d’une brutalité sans précédent dans le pays, qui a fait plus de 800.000 morts (majoritairement Tutsis) selon l’ONU.

Voir plus