Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Brazzaville : mini-sommet régional sur la RDC sans Kinshasa

Brazzaville : mini-sommet régional sur la RDC sans Kinshasa

République démocratique du Congo

Un mini-sommet des chefs d’État sur la sécurité en Afrique centrale et australe s’est ouvert mercredi à Brazzaville, essentiellement consacré à la situation en République démocratique du Congo mais en l’absence de représentant de Kinshasa, a indiqué une source officielle à un correspondant de l’AFP.

“Les chefs d’État sont réunis pour passer en revue la situation sur la paix et la sécurité dans la sous-région. Mais ils vont débattre essentiellement du processus électoral en RDC”, a déclaré le secrétaire général des affaires étrangères de la République du Congo-Brazzaville, Cyprien Sylvestre Mamina.

“La RDC n’est pas représentée pour l’heure, mais il n’est pas exclu qu’une délégation venant de ce pays vienne en retard au mini-sommet”, a-t-il ajouté. Un bras du fleuve Congo sépare les deux capitales.

Le sommet a commencé à huis-clos en présence des présidents de trois des neuf pays voisins de la RDC: Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville), Joao Lourenço (Angola), et Edgar Lungu (Zambie).

Les présidents de la Namibie, Hage Geingob, et du Botswana, Mokgweetsi Masisi, sont également présents à ce sommet conjoint de la Communauté de développement de l’Afrique australe (Sadc) et de la Conférence internationale sur la région des Grands lacs (Cirgl).

Communiqué final attendu dans l’après-midi

En revanche, trois pays qui suivent de près la situation en RDC sont représentés à des échelons inférieurs : le Rwanda par son ministre des Affaires étrangères, et l’Ouganda et l’Afrique du Sud par des diplomates.

Un communiqué final devrait être publié à l’issue de la rencontre dans l’après-midi. Le mini-sommet de Brazzaville intervient à quatre jours des élections générales reprogrammées le 30 décembre en RDC après un troisième report.

Mercredi matin, la commission électorale a annoncé à Kinshasa que les élections présidentielle, législatives et provinciales du 30 décembre seraient reportées en mars dans deux zones de conflit, à Beni-Butembo à l’Est et à Yumbu à l’Ouest.

L‘élection présidentielle doit désigner le successeur du président Kabila au pouvoir depuis janvier 2001.

>>> LIRE AUSSI : Crise en RDC : ces discussions qui pourraient encore agacer Kinshasa
>>> LIRE AUSSI : RDC : Kinshasa évitera-t-elle une énième ingérence étrangère dans sa politique ?
>>> LIRE AUSSI : La RDC demande publiquement des explications à Macron

AFP

Voir plus