Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Congo : à Pointe-Noire, « des exécutions sommaires sous prétexte de la lutte contre la criminalité » (ONG)

Congo : à Pointe-Noire, « des exécutions sommaires sous prétexte de la lutte contre la criminalité » (ONG)

Congo

Dans le cadre de la lutte contre des gangs appelés bébés noirs, la force publique du Congo procède par des arrestations et des exécutions. Pourtant, estiment des ONG basées à Pointe-Noire, tout le monde n’est pas bébé noir et qu’il faut respecter la présomption d’innocence.

Sous l’impulsion de la Commission diocésaine justice et paix (CDJP), une ONG proche de l‘Église catholique spécialisée dans la promotion et la défense des droits de l’homme, des juristes, des responsables d’ONG et des proches de victimes ont échangé avec la presse ce samedi 22 décembre à Pointe-Noire.

Placés sous le thème « Le droit à la vie », ces échanges ont valu tout leur pesant d’or, car il fallait présenter la situation des droits de l’homme dans la capitale économique du Congo. Une ville de Pointe-Noire qui, depuis plus de deux ans, vit dans la psychose.

En cause, des braquages, des cambriolages et des meurtres perpétrés par des gangs appelés bébés noirs. Selon des populations, « il ne se passe pas un seul jour à Pointe-Noire sans que l’on ne déplore un cas de braquage ». Un état de choses que la force tient à stopper. Entre arrestations et exécutions, les agents de l’ordre se battent bec et ongles pour en découdre avec la criminalité.

Là où le bât blesse

Or, dans cette lutte sans merci contre les bébés noirs, quelque chose semble clocher dans l’esprit de certains Ponténégrins (habitants de Pointe-Noire). « Mon frère a été arrêté chez lui. Il se disputait dehors avec sa femme. Un véhicule de la gendarmerie qui passait par là, l’a embarqué. Et plutôt que de le présenter au procureur, les gendarmes nous ont appelés pour nous annoncer la mort de notre parent. On nous a même interdit d’organiser une veillée et l’enterrer dignement parce que c‘était soi-disant un bandit », a témoigné un parent.

« Mon fils a été abattu par la police. Il sortait d’une salle de cinéma aux environs de 23 heures. Quand nous sommes allés nous plaindre, on nous a fait savoir qu’il était fiché comme un bébé noir. Nous aussi, on nous a dit de ne pas organiser des funérailles pour un malfaiteur », déplore un autre parent.

Ces deux témoignages font partie des neuf cas documentés par la CDJP et le groupe d’action contre l’impunité, une ONG constituée de près de sept avocats du barreau de la capitale économique du Congo. « Comme vous l’avez suivi, tous ces cas que nous suivons n’ont rien à voir avec les bébés noirs. Ce sont de pauvres innocents », a déploré Brice Makosso, secrétaire général de la CDJP.

« On a l’impression que la lutte contre la criminalité est un blanc-seing donné à nos agents de l’ordre pour exécuter les citoyens. Certes, on doit lutter contre la criminalité. Mais, que l’on tienne compte de l’article 9 de notre Constitution et de l’article 11 de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 dont le Congo est signataire », a lancé Me Eulalie Kolyardo, membre du groupe d’action contre l’impunité.

« Nous attendons des réponses idoines de la part de nos tribunaux pour que justice soit rendue aux victimes ».

Mais, d’après des observateurs, de nombreux parents s’abstiennent de porter plainte ou de se confier aux ONG par peur de représailles.

>>> LIRE AUSSI : Justice : faut-il tuer un assassin ?
>>> LIRE AUSSI : Congo : mystère sur la mort de 13 personnes lors de violences entre gangs rivaux
>>> LIRE AUSSI : Microbes, Bébés noirs, Axe men… ces gangs qui terrorisent les villes africaines
Voir plus