Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RDC : l'UE prolonge ses sanctions contre des membres du pouvoir dont Ramazani Shadary

RDC : l'UE prolonge ses sanctions contre des membres du pouvoir dont Ramazani Shadary

République démocratique du Congo

Les sanctions contre de hautes personnalités de RDC, dont le candidat du pouvoir à la présidentielle du 23 décembre restent en vigueur jusqu’au 12 décembre 2019. Ce, malgré les pressions de Kinshasa et le plaidoyer de l’Union africaine.

C’est ce qu’on appelle « mauvaise nouvelle ». Et la mauvaise nouvelle de ce lundi 10 décembre a pour destinataire le régime de Joseph Kabila. Selon la Radio télévision belge francophone (RTBF), le Conseil des affaires étrangères de l’Union européenne a prolongé ce lundi les sanctions prises en 2016 et 2017 à l’encontre de hautes personnalités de RDC. Une prolongation qui s‘étend au 12 décembre 2019.

>>> LIRE AUSSI : Sanctions de l’UE : la RDC fixée sur son sort ce lundi

Ainsi, pendant un an, encore, les personnes visées par les sanctions seront soumises à de contraignantes restrictions comme l’interdiction de voyager dans l’espace de l’UE et le gel des avoirs.

Parmi ces dignitaires, Emmanuel Ramazani Shadary, candidat du pouvoir à la présidentielle du 23 décembre. Comme ses 15 collègues, Shadary est mis en cause dans de multiples violations des droits de l’homme. Référence faite à des morts, blessés et arrestations enregistrés lors de la répression des manifestations comme celles de laïcs catholiques en décembre 2017 et janvier 2018.

La reconduction des sanctions de l’UE intervient quelques semaines après le plaidoyer de l’Union africaine. Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) a en effet appelé le 26 novembre dernier à la levée de ces sanctions. « Le Conseil de paix et de sécurité de l’UA demande la levée de toutes les sanctions individuelles imposées à l’encontre des personnalités congolaises », pouvait-on lire dans le communiqué de l’institution.

Mais, un plaidoyer qui n’aura pas produit l’effet attendu du côté de Kinshasa. Une petite victoire pour l’opposition et la société civile qui demandaient à l’UE de ne pas lever ces sanctions.

De quoi agacer davantage le gouvernement congolais qui a toujours dénoncé une ingérence dans sa politique intérieure. Le pays pourrait aussi procéder à des mesures de réciprocité.

>>> LIRE AUSSI : RDC : l’UE tient toujours aux sanctions contre Emmanuel Ramazani Shadary
>>> LIRE AUSSI : RDC : l’UA pour la levée des sanctions contre les dignitaires du régime
Voir plus