Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

world

En 2018, le Bénin, le Burundi, le Malawi, l’Ouganda et la Zambie ont fait d’importants progrès en termes de réduction des risques liés aux projets d’énergie renouvelable déployés sur leurs territoires

En 2018, le Bénin, le Burundi, le Malawi, l’Ouganda et la Zambie ont fait d’importants progrès en termes de réduction des risques liés aux projets d’énergie renouvelable déployés sur leurs territoires

Depuis son lancement il y a un an, la Regional Liquidity Support Facility (RLSF – Mécanisme régional de soutien financier) a signé avec cinq pays des accords visant à garantir la protection de leurs producteurs indépendants d’énergie contre les risques de paiement qui contribuent souvent à leur défaillance. Le mécanisme soutient les petits et moyens producteurs indépendants d’énergie renouvelable (d’une capacité de 50 à 100MW) d’Afrique subsaharienne en les aidant à boucler le volet financier de leurs projets et à réduire le déficit énergétique. Le dernier accord a été signé aujourd’hui par le Malawi.

La RLSF est une initiative conjointe de l’Agence africaine d’assurance commerciale (AIT) et de KfW financée par le ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement (BMZ). Le mécanisme, doté initialement de 74 millions de dollars, cible les projets d'énergie renouvelable de petite et moyenne envergure, car les énergies renouvelables sont souvent moins chères, plus faciles à mettre en œuvre, s'intègrent au réseau électrique national et ont généralement un impact positif sur l'environnement une fois qu'elles sont opérationnelles.

En moyenne, le kilowattheure d’énergie renouvelable coûte entre 0,10 et 0,18 dollar, contre 0,40 à 0,50 dollar le kilowattheure pour l’électricité générée par les producteurs d’énergie non renouvelable. Avec une telle économie, les énergies renouvelables constituent une alternative viable et la RLSF a l’intention d’offrir aux gouvernements africains d’autres incitants pour les encourager à signer ce type d’accord.

En 2018, la RLSF a soutenu une centrale solaire photovoltaïque de 7,5 MW dans l’un des quatre pays partenaires, ce qui augmentera de 15% la capacité actuelle de 50 MW du pays. Cette centrale est aussi le premier producteur indépendant d’énergie à être connecté au réseau du pays. Cet exemple montre le type d’impact important que la RLSF cherche à produire. En soutenant des projets de taille petite à moyenne et en se concentrant sur les nombreux petits projets intelligents, il est possible de réduire le déficit énergétique actuel en Afrique, rapidement et pour un faible coût.

George Otieno, directeur général d’ATI, a déclaré : « Nos cinq premiers pays partenaires nous montrent ce qu’il est possible de faire dans le secteur africain de l’énergie renouvelable. En signant un accord avec la RLSF, ces gouvernements se sont engagés à soutenir la mise en œuvre des projets des producteurs indépendants d’énergie dans leurs pays. Cette démarche envoie un signal fort quant à leur volonté de faire avancer le secteur de l’énergie renouvelable en Afrique. Nous avons bon espoir que d’autres pays africains les suivront. »

La RLSF protège les producteurs indépendants d’énergie renouvelable contre le risque de retard de paiement des acheteurs publics. Ce type de garantie est généralement exigé par les prêteurs qui financent des projets, lesquels échouaient souvent à accéder à un financement et de ce fait ne pouvaient boucler leur montage financier parce que ce type de garantie n’était pas disponible. La RLSF espère remédier à cette situation en fournissant la garantie requise en coopération avec la banque émettrice de lettres de crédit, ABSA Bank Ltd.

La RLSF est accessible à tous les producteurs indépendants d’énergie renouvelable des pays qui ont signé un protocole d’accord et n’ont pas obtenu de contrat de financement, ainsi qu’à tous les nouveaux producteurs indépendants d’énergie. 

Distribué par APO Group pour Regional Liquidity Support Facility (RLSF).
Contact de presse :
Email : Sherry.Kennedy@ati-aca.org 
Mobile : +254 714 606 787

À propos de KfW :
KfW (www.KfW-entwicklungsbank.de) est l’une des banques de développement les plus importantes et les plus expérimentées au monde. Fondée en 1948 en tant qu'établissement de droit public, la KfW appartient à 80% à la République fédérale d'Allemagne et à 20% aux États fédéraux allemands (les « Länder »). 

La KfW Development Bank, première banque de développement allemande, fait partie intégrante de KfW. Elle gère la coopération financière allemande avec les pays en développement pour le compte du gouvernement fédéral. Les 600 employés du siège social et les 370 experts de ses 68 bureaux locaux coopèrent avec des partenaires du monde entier. La banque a pour objectif de lutter contre la pauvreté, de garantir la paix, de protéger l'environnement et le climat et de rendre la mondialisation équitable. La banque est un conseiller compétent et stratégique pour les questions de développement actuelles. 

À propos d’ATI (African Trade Insurance Agency) :
L’Agence africaine d’assurance commerciale (ATI) (www.ATI-ACA.org) a été fondée en 2001 par des États africains pour couvrir les risques commerciaux et d’investissement des entreprises opérant en Afrique. ATI couvre le risque politique, le risque de violence politique, terrorisme et sabotage et fournit des cautions et des polices d’assurance-crédit. Depuis 2017, ATI a protégé à hauteur de 35 milliards de dollars des transactions commerciales et des investissements à travers l’Afrique, dans des secteurs tels que l'agroalimentaire, l'énergie, les exportations, le logement, la construction d'infrastructures, les mines et les télécommunications. Depuis 2008, la solidité financière et le risque de contrepartie d’ATI sont notés « A/Stable » par Standard & Poor’s.
Regional Liquidity Support Facility (RLSF)
Télécharger le logo
Africanews propose à ses lecteurs du contenu fourni par APO Group. Africanews n'apporte aucun changement à ce contenu.