Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Crise des médicaments au Zimbabwe

Crise des médicaments au Zimbabwe

Zimbabwe

Le Zimbawe fait face à une grave crise des médicaments qui menace des dizaines de milliers de malades dans le pays.

C’est un véritable calvaire que vivent les malades au Zimbabwe. Ils sont de plus en plus exposés du fait d’une grave crise des médicaments, conséquence des problèmes économiques que vit le pays. C’est le cas d’Alice Chenyika qui souffre d’hypertension. Elle est obligée de se rabattre sur les plantes fautes de médicaments. « Quand j’ai commencé mon traitement en 2013, tout allait bien, les pilules étaient disponibles et abordables. C’est en septembre 2018 que j’ai commencé à avoir des problèmes … Je suis allée à la pharmacie deux fois de suite, mais ils n’avaient pas les médicaments pour mon traitement », explique cette dame d’une .

Même s’ils sont disponibles, les prix des médicaments sont souvent hors de portée des patients à petits revenus. La crise a, en effet, fait grimper les prix de façon exorbitante. Aujourd’hui, les professionnels de santé ne savent même plus à quel remède se vouer. « En tant que médecins, nous avons du mal à prescrire des médicaments, particulièrement aux personnes sous traitement chronique, comme l’hypertension ou le diabète. Vous découvrez qu’au lieu de prescrire ce qui est bon pour le patient, nous finissons par prescrire ce qui existe et ce qu’il y a là-bas change chaque semaine, chaque mois », se désole Dr Norman Matara, médecin généraliste, spécialiste des droits de l’homme.

Au lieu de prescrire ce qui est bon pour le patient, nous finissons par prescrire ce qui existe et ce qu'il y a là-bas change chaque semaine, chaque mois.

Le secteur de santé au Zimbabwe fait ainsi les frais de la crise économique que traverse le pays depuis plusieurs années. Crise que le départ de Robert Mugabe n’a pu résorber. Le nouveau président, Emmerson Mnangagwa, avait pourtant fait du redressement économique du pays sa priorité. Mais pour l’instant, on en est encore loin.

Voir plus