Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Ouganda : les artistes s'engagent en politique

Ouganda : les artistes s'engagent en politique

Ouganda

En Ouganda, les prochaines élections générales sont prévues pour 2021. Et au regard des candidats déjà déclarés à ce scrutin, il semble que musique rime avec politique dans le pays.

Pas moins de sept artistes ont déjà déclaré leur candidature pour au moins un scrutin. Et c’est tout le secteur de la création qui est concerné. C’est le cas de Patriko Mujuuka. Il est acteur et comédien. Il a longtemps été animateur de radio. Et il envisage un siège au Parlement en 2021.

« Je sortirai pour dire ce qui doit être dit. Je sortirai et je dirai la vérité si mon peuple souffre d’une manière particulière, je viendrai et je le dirai. Vous n’allez pas me faire taire de sorte que je ne puisse pas dire ce que je dois dire ; que le rouge est rouge, que le bleu est bleu, que le vert est vert. Et ne me dites pas que le vert est un bleu marine ou bleu ciel. Ça restera vert. Je sortirai pour le dire, même si je dois être battu pour cela ».

À l’exemple de Bobi Wine, Mujuuka veut se présenter comme candidat indépendant. Mais il est préoccupé par ce que les artistes entretiennent beaucoup les divisions sitôt qu’ils s’engagent en politique.

Les artistes de plus en plus intéressés par la politique nationale en Ouganda certes, mais encore trop peu de femmes sont prêtes à aller au bout de leur engagement.

Hommes et femmes politiques en herbe

Jusqu’ici, une seule artiste a déjà dit son intention de présenter une candidature. Mary Flavia Namulindwa dirige une troupe spécialisée dans les arts de la scène : dance et théâtre.

« Oh oui ! Je suis membre du pouvoir populaire, confirme-t-elle. Parce que le peuple a le pouvoir, nous ne pouvons rien sans le peuple. C’est pourquoi le pouvoir des gens est plus puissant que les gens qui sont au pouvoir ».

L’engagement des artistes s’accompagne d’un plus grand intérêt des jeunes pour les problèmes liés à la vie politique nationale et locale.

Le défi pour cette nouvelle génération d’hommes et de femmes politiques en herbe est de réussir à faire tomber la machine que constitue le parti au pouvoir qui détient les sièges qu’ils convoitent parfois depuis 20 ans.

LIRE AUSSI Afrique : bientôt une coalition des jeunes opposants ?

Mais rien n’est impossible, rassure Bobi Wine, artiste engagé élu député en 2016.

« Les artistes comme les autres Ougandais ont déjà vécu, ont fait l’expérience de nombreuses choses et ils voudraient avoir le meilleur pour eux-mêmes et pour les gens autour d’eux, surtout ceux qu’ils voudraient représenter ».

Cependant nuance, l’artiste-député, une fois élu, il ne faut pas oublier ses origines.

« Nous avons deux types d’artistes. Certains veulent juste survivre et ils occuperont le poste et ne se soucieront pas de ceux qu’ils représentent. Et d’autres vont effectivement représenter et être le reflet du peuple qu’ils représentent ».

Une référence à deux des trois artistes qui ont été élus au Parlement lors des dernières élections générales. Contrairement à Robert Kyagulanyi dit Bobi Wine, une fois députés, ils ont arrêté de critiquer le pouvoir ougandais déterminé à conserver le président Yoweri Museveni en faisant sauter la limite d‘âge dans la Constitution.

Voir plus