Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Éthiopie : le grand chantier de la première femme présidente de la Cour suprême du pays

Éthiopie : le grand chantier de la première femme présidente de la Cour suprême du pays

Ethiopie

Si elle est la première femme à présider aux destinées de la Cour suprême éthiopienne, Meaza Ashenafi rêve de devenir pionnière de l’indépendance de la justice dans son pays. Et ses compatriotes lui font déjà confiance.

Une grande première dans l’histoire de l‘Éthiopie. C’est en effet pour la première fois que ce pays de la Corne de l’Afrique nomme à la tête de sa Cour suprême, une femme : Meaza Ashenafi, 54 ans.

« C’est un honneur et un privilège distinct. Ce type d’offre ne vient pas tous les jours et c’est un nouveau chapitre de notre histoire qui s’ouvre », s’est-elle félicité après sa nomination ce jeudi 1er novembre.

Au-delà de cette satisfaction morale, l’avocate et militante des droits de l’homme est loin d’ignorer qu’en Éthiopie comme un peu partout en Afrique, la justice se heurte parfois à des pesanteurs politiques. Quitte à hypothéquer son indépendance.

Ce qui explique une certaine crise de confiance entre le peuple et les institutions judiciaires. Mais, Meaza Ashenafi entend devenir pionnière de l’indépendance de la justice et se dit prête à la réconcilier avec le peuple.

« Ce sera un privilège si je suis capable de contribuer à l’indépendance de notre justice … [et] le gouvernement est prêt à faire en sorte que je reçoive tout le soutien dont j’ai besoin pour construire un pouvoir judiciaire indépendant », ajoute la native de Assosa Megele, au nord-est du pays.

La parité effective poursuit son cours

Et les autorités se disent déjà convaincues qu’elle y parviendra. « Meaza Ashenafi est l’une des avocates les plus expérimentées en Éthiopie et une militante éminente des droits des femmes. Elle a été la fondatrice de l’Ethiopian Women Lawyers Association. Elle a également exercé les fonctions de juge à la Haute Cour. Elle apporte à ce rôle une expérience et une compétence correspondant », se félicite le porte-parole de la Cour suprême.

La nomination de Meaza Ashenafi intervient quelques semaines après la mise en place d’un gouvernement composé de 10 femmes et 10 hommes. Il y a une semaine, sa compatriote Sahle-Work Zewde est entrée, elle aussi, dans l’histoire comme première femme à être élue présidente d‘Éthiopie.

Comme quoi, la parité effective tant rêvée et prônée par le Premier ministre Ahmed poursuit son cours.

>>> LIRE AUSSI : Éthiopie : Sahle-Work Zewde, première femme présidente du pays
>>> LIRE AUSSI : Parité effective au sein du nouveau gouvernement éthiopien
>>> LIRE AUSSI : Comment Abiy Ahmed a transformé l’Ethiopie en 100 jours
Voir plus