Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Zimbabwe : arrestation en masse de syndicalistes manifestant contre la crise

Zimbabwe : arrestation en masse de syndicalistes manifestant contre la crise

Zimbabwe

La crise économique prend de nouvelles proportions au Zimbabwe. Ce jeudi, plusieurs syndicalistes ont été arrêtés par la police avant même qu’ils n’aient eu le temps de protester contre la situation.

A Harare et d’autres villes du pays, la tension était perceptible dans la matinée de ce jeudi. Équipée de matraques, armes à feu et gaz lacrymogène, la police s’est déployée sur le terrain, notamment à Harare pour empêcher la tenue de manifestations contre l’aggravation de la crise économique. Dans la foulée, plusieurs leaders syndicaux ont été arrêtés.

“Je confirme l’arrestation du président de la Fédération des syndicats du Zimbabwe (ZCTU) (Peter) Mutasa et de son secrétaire général (Japhet) Moyo à leurs bureaux”, a déclaré à l’AFP le porte-parole des Avocats zimbabwéens des droits de l’homme, Kumbirai Mafunda.

Des “dizaines” d’autres syndicalistes ont également été interpellés à Harare, Masvingo (sud) et Mutare (est), a-t-il ajouté, se disant “inquiet de l’arrestation de citoyens qui exerçaient leur droit constitutionnel.”

Le spectre de 2008

La ZCTU avait appelé à des manifestations pacifiques ce jeudi pour dénoncer les épreuves” endurées par le peuple zimbabwéen. Sauf que, depuis quelques semaines, le gouvernement a interdit tout rassemblement en raison l‘épidémie de choléra qui a déjà fait 49 morts dans le pays.

Confronté à une pénurie de devises étrangères, Harare a introduit une nouvelle taxe de 2 % sur toutes les transactions électroniques. Une décision qui a davantage détérioré la situation économique du pays, encourageant une pénurie des biens de consommation courante comme le carburant, l’huile, le riz ou encore les médicaments, et par ricochet, l’inflation.

En début de semaine, plusieurs restaurants et pharmacies, en rupture de stocks, ont préféré fermer. Au Zimbabwe, les populations ont désormais le spectre de la crise de 2008 quand Robert Mugabe était au pouvoir, en dépit des promesses de son successeur, Emmerson Mnangagwa de relever l‘économie du pays.

>>> LIRE AUSSI : Au Zimbabwe, la pénurie d’argent fait fermer les entreprises dont KFC
Voir plus