Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Cameroun-présidentielle : décompte des voix, l'opposition crie à la fraude

Cameroun-présidentielle : décompte des voix, l'opposition crie à la fraude

Cameroun

Grosse abstention et quelques foyers de violences ont marqué l‘élection présidentielle dans les régions du sud-ouest et du nord-ouest du Cameroun où les séparatistes armés ont montré leur volonté d’empêcher la tenue du scrutin.

Des responsables locaux ont déclaré à cet effet que le taux de participation des électeurs était à son plus bas niveau.

Selon une certaine presse locale, le vote s’est déroulé de manière pacifique et transparente.

Le décompte des bulletins de vote pourrait prendre jusqu‘à deux semaines ; ce qui inquiète certains Camerounais comme c’est le cas d’André rencontré dans les rues de Yaoundé, la capitale politique. .

“C’est inévitable, la fraude est inévitable. C’est quelque chose qui est inhérente au Cameroun. Nous sommes habitués à la fraude. Quand ils disent qu’il faut 15 jours pour obtenir les résultats d’une élection, il est évident qu’il y a une fraude. 15 jours pour donner des résultats donnent lieu à une fraude.’‘

Un point de vue que ne partage pas Raïssa, jeune étudiante.

“Non, non non, il n’y a pas de fraude. Tout s’est bien passé, nous n’avons entendu parler d’aucun problème. Et même s’il y en avait, nous avons besoin de preuves. Nous attendons donc les résultats.”

Les leaders de l’opposition, Cabral Libii  (qui a une forte clientèle parmi la jeunesse du pays) du parti Univers et Joshua Osih du Social démocratic front, ont fait allusion à une possible fraude et Osih a exhorté ses partisans via Twitter à surveiller le décompte.

Au cours d’une conférence de presse tenue après les élections, le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, a déclaré que les résultats refléteraient un processus électoral libre et équitable.

Paul Biya, favori

Plusieurs sondages pré-électoraux donnent Paul Biya favori à cette nouvelle échéance.

Une nouvelle victoire de Biya, âgé de 85 ans, au pouvoir depuis 36 ans, lui donnerait un septième mandat.

Il deviendrait après Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, de la Guinée équatoriale, à être le deuxième président africain à avoir un record de gouvernance.

En 2011, il avait remporté 78 % des voix lors d’une élection qui, selon les Etats-Unis, avait été “marquée par des irrégularités”.

REUTERS

Voir plus