Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Niger : la difficile reconversion des passeurs

Niger : la difficile reconversion des passeurs

Niger

Ce marché au bétail de la ville d’Agadez, au centre du Niger, fut jadis florissant.

Mais les affaires tournent au ralenti, depuis qu’une loi a criminalisé les activités liées à la migration, longtemps un poumon de l‘économie locale. Privée de revenus, la clientèle se fait plus rare, et les prix ont chuté.

“Il n’y a pas d’argent”. Avant, ça valait 500000, maintenant c’est 300.00 “ explique Mohamed Mahattan, un chamelier

“Vous l’avez acheté 500000 francs CFA et maintenant ça vaut 300000?” rétorque la journaliste d’Euronews.

Agadez a longtemps été le point de départ de centaines de milliers de migrants ouest africains en partance pour la Libye.

Depuis la criminalisation du transport de migrants il y a deux ans, on estime que les flux ont chuté de 80 pourcent.

Mais des milliers d’acteurs de l‘économie de la migration ont perdu leur emploi. Bachir nous emmène chez Abdourahmane. Il dirige une association d’anciens passeurs. Il nous emmène chez l’un des bénéficiaires du programme de reconversion européen destiné à leur offrir une alternative.

Abdourahmane a reçu un kit de chaises, et des enceintes qu’il loue à l’occasion de festivités. Il gagne tout juste de quoi nourrir sa famille dit-il. Mais il fait partie des plus chanceux. Seuls 4 pourcents des 7000 postulants aux aides à la reconversion en ont bénéficié jusque là.

“Il y a des familles qui n’ont rien. Nous on mange avec nos économies. L’argent que nous avons gagné avant, c’est avec ça que nous mangeons. C’est très dur pour nous” souligne Bachir Amma président Association des anciens passeurs d’Agadez

Les enfants des rues sont de plus en plus nombreux à Agadez.
La région est désormais l’une des plus pauvres d’un pays répertorié par l’ONU comme l’un des moins développés au monde.

“L’Union européenne a promis de dédier un milliard d’euros à l’aide au développement au Niger d’içi 2020. En attendant, la population d’Agadez peine à joindre les deux boûts. Et tout le monde içi partage la même certitude: le premier bénéficiaire de l’argent dépensé en Afrique jusqu‘à maintenant pour endiguer la migration dit-on, c’est l’Europe.Valerie Gauriat, Agadez, euronews.

Voir plus