Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Éthiopie-décès « mystérieux » de Simegnew Bekela : la police parle d'un suicide

Éthiopie-décès « mystérieux » de Simegnew Bekela : la police parle d'un suicide

Ethiopie

C’est peut-être la fin du mystère autour de la mort de Simegnew Bekela. Selon la police éthiopienne, le directeur du projet du barrage dit de la renaissance retrouvé mort en juillet dernier s‘était donné la mort.

On pourrait l’appeler conférence de presse de la vérité. Lors d’un échange avec des journalistes tant locaux qu’internationaux, le chef de la Commission fédérale de la police éthiopienne, Zeyinu Jemal a déclaré ce vendredi 7 septembre à Addis-Abeba que le directeur du projet du barrage dit de la Renaissance n’avait pas été tué.

À en croire, Zeyinu Jemal Simegnew Bekela s‘était donné la mort. De quoi mettre fin aux soupçons de meurtre émis par de nombreux Éthiopiens à propos de la mort de l’ingénieur dont le corps sans vie avait été découvert le 26 juillet au Meskel Square à Addis-Abeba.

Et la police multiplie des arguments pour étayer la thèse du suicide. Selon Zeyinu Jemal, le moteur de la voiture de Simegnew était en marche au moment de sa mort. Ce, en ajoutant que la voiture était verrouillée automatiquement lorsque la police est arrivée sur les lieux à la célèbre place Meskel. Mais, l’enquête poursuit son cours ».

La police s’est-elle contredite ?

Mais, il semble que Zeyinu Jemal se soit dédit, car il avait d’abord émis l’argument du meurtre. « Nous avons confirmé que l’ingénieur Simegnew Bekele a été abattu… Il avait une blessure par balle derrière l’oreille droite », a déclarait le 29 juillet dernier Zeinu Jemal, lors des obsèques de l’ingénieur.

Le projet du barrage dirigé par Simegnew Bekele est en construction sur le Nil Bleu près de la frontière entre l’Éthiopie et le Soudan. Avec avec 6 000 mégawatts de capacité (l‘équivalent de six réacteurs nucléaires), sera à son inauguration, le plus grand barrage d’Afrique.

Le barrage a suscité de fortes critiques de l‘Égypte, qui craint que cette installation de 4 milliards de dollars n’affecte le niveau de l’eau sur son territoire, situé en aval. Elle dépend à 90 % du fleuve pour son approvisionnement en eau.


>>> LIRE AUSSI : Ethiopie : des adieux mouvementés au directeur du barrage de la Renaissance


>>> LIRE AUSSI : Le secteur privé allemand à l’assaut de l‘économie éthiopienne


>>> LIRE AUSSI : Ethiopie : le directeur du barrage de la Renaissance assassiné


>>> LIRE AUSSI : Éthiopie : un comité inclusif chargé de consolider la paix