Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Kenya : lutter contre la contrebande pour protéger les entreprises locales et les emplois

Kenya : lutter contre la contrebande pour protéger les entreprises locales et les emplois

Kenya

Près de 1,4 millions de dollars de marchandises issues de la contrebande ont été saisies ce vendredi 31 août au Kenya. Pour le président Kenyatta, il est question de protéger les entreprises locales et donc les emplois des Kényans.

Produits alimentaires incinérés, des appareils broyés et donc détruits par des bulldozers….Des marchandises d’une valeur de plus de 1,5 milliards de shillings kényans  (environ 1,4 millions de dollars ont été détruites par les autorités kényanes. Sous le regard vigilant d’Uhuru Kenyatta.

Si cette destruction paraît cynique, ces produits seraient issus selon le gouvernement kényan de la contrebande ou du commerce illicite. Ce qui constitue un véritable manque à gagner pour l‘État en matière de recouvrement des impôts et taxes.

Cette contrebande met aussi des crocs en jambe à des entreprises et agriculteurs locaux. Conséquence, ces derniers éprouvent de sérieuses difficultés à payer leurs employés. Ce qui conduit ces chefs d’entreprise à supprimer des emplois. Quitte à contribuer à l’augmentation du taux de chômage qui serait actuellement de 11 % de la population active, selon le site tradingeconomic.

« Le commerce illégal détruit les emplois »

Pour le président Kenyatta, la guerre contre l’importation illégale de produits alimentaires comme le riz et le sucre contribuera à protéger les agriculteurs et les industries locales des destructions occasionnées par des produits bon marché et souvent inférieurs aux normes.

« Cela doit cesser. Nous ne pouvons pas continuer à permettre à quelques individus avides de continuer à détruire les emplois de nos jeunes et les efforts de nos agriculteurs grâce aux importations illicites », a déclaré Uhuru Kenyatta.

Et le chef de l‘État kényan ne semble pas favorbale au répit. « Je ne me sens ni effrayé, ni intimidé, moins encore découragé dans le combat que je mène », a déclaré ce vendredi 31 août, Uhuru Kenyatta.

Cette opération on ne peut plus spectaculaire intervient quelque 3 jours après l’arrestation de la vice-présidente de la Cour suprême Philomena Mwilu, pour « enrichissement illicite ».

Mais, jusqu’où ira Kenyatta dans cette lutte sans merci contre la corruption dans son pays ? Se heurtera-t-il à des pesanteurs politiques ? Ciblera-t-il aussi des membres de sa cour ? Beaucoup de questions dont seul lui-même Kenyatta détient des réponses appropriées. Wait and see.

>>> LIRE AUSSI : Le Kenya met aux arrêts sa vice-présidente de la Cour suprême
>>> LIRE AUSSI : Au Kenya, le président Kenyatta en campagne contre la corruption
>>> LIRE AUSSI : Au Kenya, les fonctionnaires de l’Etat devront passer au détecteur de mensonge
Voir plus