Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Gabon : Jean Ping se souvient des ''martyrs'' du 31 août 2016

Gabon : Jean Ping se souvient des ''martyrs'' du 31 août 2016

Gabon

Jean Ping, le candidat mamlheureux de la présidentielle de 2016 au Gabon a rendu hommage à ses partisans décédés dans son quartier général le 31 août 2016 lors d’une attaque attribuée aux forces de sécurité gabonaise.

L’opposant numéro 1 d’Ali Bongo, a profité de ce triste événement pour dénoncer l’omerta de la nation face à certaines violations.
‘‘Les martyrs que nous commémorons aujourd’hui ne sont pas seulement les victimes innocentes de la brutalité bestiale de la dictature. Ils sont aussi les victimes innocentes de nos silences criminelles, de nos hésitations assassines et de notre cruelle indifférence.’‘, a-t-il déclaré. Avant d’ajouter,’‘ Plus que jamais nous devons et nous pouvons empêcher qu’un citoyen gabonais se fasse arrêter, torturer ou persécuter parce qu’il aurait défendu ses droit’‘.

Pour les victimes, cet anniversaire a remis au goût du jour des souvenirs très amers. Pas facile d’oublier cette journée noire du 31 août 2016. «Quand je reviens ici j’ai toujours le même sentiment. Je ressens une douleur atroce. Je ressens une haine. Les mots me manquent parce que, lorsque je suis debout je revois les images de mes frères, mes mères qui sont tombés ce jour. Je revois le sang qui coule, qui partait de ces étages jusqu’au bas », explique une jeune fille, présente au QG de Ping, au moment de l’attaque.

''Les martyrs que nous commémorons aujourd’hui ne sont pas seulement les victimes innocentes de la brutalité bestiale de la dictature. Ils sont aussi les victimes innocentes de nos silences criminelles, de nos hésitations assassines et de notre cruelle indifférence.''

Les parents des victimes attendent toujours que justice leur soit rendue. Malgré les plaintes déposées jusqu’au niveau de la CPI, les lignes peinent à bouger.«les procédures judiciaires au niveau national n’ont pas démarrées. Au niveau international, elles ont démarrées mais rien n’a évolué de façon positive. Les familles continuent à réclamer justice. Les parents sont dans le désarroi », Georges Mpaga, de la société civile gabonaise.

Pour Jean Ping, il faut entretenir la flamme allumée lors de la présidentielle de 2016. L’opposant promet de libérer totalement le Gabon.

Voir plus