Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sport

sport

Boxe : un Africain remporte la victoire la plus facile de l'histoire

Boxe : un Africain remporte la victoire la plus facile de l'histoire

Etats-Unis

Le boxeur américain Curtis Harper a quitté le ring le 24 août dernier avant même le début du combat qui devrait l’opposer à Efe Ajagba à Minneapolis aux États-Unis. Le Nigérian a ainsi remporté la victoire la plus facile de l’histoire de la boxe professionnelle.

Remporter un combat de boxe par KO ne saurait relever de l’insolite. Tant de grands noms tels que Marcel Cerdan, Mohamed-Ali ou Mike Tyson nous en ont déjà régalés tout au long de leurs carrières professionnelles.

Mais, le vendredi 24 août dernier, Efe Ajagba est entré dans l’histoire. Et pour cause, le boxeur nigérian de 24 ans a été déclaré vainqueur avant même l’entame du combat qui devrait l’opposer à l’Américain de 30 ans Curtis Harper, dans le cadre d’un gala de Premier Boxing Champions (PBC).

D’après des observateurs et des pratiquants des arts martiaux, jamais pareil scénario ne s‘était produit depuis les débuts de l’histoire de la boxe professionnelle. Et le geste de Harper paraissait aussi bien insolite qu’incompréhensible. Du côté de son staff, on peine jusqu’ici à se remettre de la gêne.

« C‘était de la folie ! J‘étais tellement gêné ! Cet homme manque de respect à lui-même, à sa femme, ses fans et à moi-même ! » , peut-on lire sur la page Facebook de Nate Campbell, son entraîneur.

Pour des médias américains dont USA Today, l’acte de Harper serait consécutif à un mécontengtement, car le boxeur se serait dit sous payé et voulait obtenir des augmentations.

Ce forfait a cependant permis à Efe Ajagba de remporter une sixième victoire en six combats. Mais, celle de Minneapolis est la plus facile du monde dans l’histoire de la boxe. Un domaine sportif où le forfait est pourtant ce qu’est le blasphème du Saint-Esprit au christianisme.

>>> LIRE AUSSI : Trump pourrait gracier Mohamed Ali à titre posthume
>>> LIRE AUSSI : États-Unis : que signifie ce pardon de Trump ?