Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Tensions persistantes en Ouganda : un député de l'opposition porté disparu

Tensions persistantes en Ouganda : un député de l'opposition porté disparu

Ouganda

En amont des législatives partielles qui se tiennent ce mercredi, les tensions s’accroissent en Ouganda. Un célèbre député de l’opposition est porté disparu tandis que dans la soirée de lundi, le chef de l’Etat a été attaqué par des populations en colère.

Campagne violente

L’Ouganda n’est en principe pas en période électorale. Mais l’assassinat en juin d’Ibrahim Abiriga, député de la ville Arua a rebattu les cartes. Des législatives partielles y ont été programmées. Lundi, la campagne pour ces élections a toutefois viré au cauchemar lorsque des affrontements ont éclaté entre des partisans du candidat indépendant Kasiano Wadri et des agents de la garde présidentielle.

Le chef de l’Etat Yoweri Museveni, sur place pour battre campagne pour le candidat du parti au pouvoir Nusura Tiperu, a été attaqué par des partisans de l’opposition, suscitant une réaction musclée des forces de l’ordre.

Quant à Robert Kyagulanyi, député de l’opposition plus connu sous le nom de Bobi Wine également dans la ville pour battre campagne pour le candidat indépendant, son chauffeur a été abattu dans la riposte des agents de sécurité. Celui qui fut un célèbre chanteur a annoncé la nouvelle sur les réseaux sociaux, suggérant que c’est lui qui était visé. “En le tuant, ils croyaient me tuer”, a-t-il écrit.

Où se trouve Bobi Wine ?

Depuis cette déclaration dans laquelle il accusait également la police d’avoir encerclé son hôtel, plus aucun signe du parlementaire. Ses partisans affirment qu’il est entre les mains de la police.

Accusation réfutée par la force. Elle confirme bien avoir arrêté le candidat indépendant Kassiano Wadri, dont les partisans sont accusés d’avoir attaqué le convoi du président, mais nie détenir le parlementaire. Arua est calme et les gens continuent leurs affaires. “Nous n’avons pas l’honorable Kyagulanyi en ce moment, mais il est l’un des principaux suspects”, a assuré Jonathan Musinguzi, commandant de la police régionale du Nil occidental.

La sphère politique en Ouganda est très mouvementée depuis l’annonce de la réforme constitutionnelle sur la limite d‘âge présidentielle, finalement promulguée par le président Museveni et qui devrait lui permettre de briguer un sixième mandat. Ces tensions sont exacerbées par le nombre en hausse des assassinats dans le pays.

>>> LIRE AUSSI : Ouganda : élection législative partielle sous tension, le chef de l’Etat attaqué
Voir plus