Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Quatorze corps découverts à Beni, dans l'est de la RDC

Quatorze corps découverts à Beni, dans l'est de la RDC

République démocratique du Congo

Une dizaine de personnes enlevées dans l’est de la République démocratique du Congo ont été retrouvées mortes dans la localité de Béni, selon des sources civiles et militaires. Les populations pointes les rebelles ougandais, ADF.

“Les 14 personnes enlevées ont été retrouvées mortes et ont été enterrées”, a déclaré à un correspondant de l’AFP un porte-parole de l’armée.

Trois sources civiles ont confirmé cette découverte macabre dans la région de Beni, où une nouvelle épidémie d’Ebola a été déclarée le 1er août. Toutes ces sources pointent la responsabilité des rebelles ADF ougandais.

“Les corps de ces dix hommes et quatre femmes portaient des traces d’armes blanches et étaient en état de décomposition”, a indiqué à l’AFP Omar Kavota, directeur du Centre d‘études pour la promotion de la paix, la démocratie et les droits de l’Homme, une ONG de cette province du Nord-Kivu.

Les “corps ont été découverts dans la partie nord-est de la ville de Beni”, a précisé à l’AFP le maire-adjoint cette ville, Modeste Bakwanamaha.

“C’est la désolation au sein de la population”, a dit de son côté Gilbert Kambale, président de la société civile locale, ajoutant qu’une dizaine d’autres personnes ont par ailleurs été enlevées mardi.

“Nous déplorons le fait qu’en dépit d’alertes sur l’activisme des ADF dans cette région de Beni, il n’y a pas encore d’opération militaire d’envergure pour nettoyer la zone et démanteler leurs bastions”, a estimé M. Kavota.

>>> LIRE AUSSI : Le kidnapping, un phénomène de société qui s’empare de la RD Congo

Risque de propagation Ebola

Présents sur le sol congolais depuis 1995, les ADF sont officiellement des rebelles ougandais musulmans. Ils sont accusés du massacre de plusieurs centaines de civils depuis octobre 2014 à Beni et ses environs.

Des experts de l’ONU ont accusé un officier congolais, le général Muhindo Akili Mundos, d’avoir inciter des hommes armés à commettre des tueries à Beni entre 2014 et 2015, ce qu’il a toujours nié.

Repliés sur eux-mêmes, les ADF sont accusés aussi d’avoir tué quinze Casques bleus tanzaniens en décembre 2017 près de la frontière avec l’Ouganda.

>>> LIRE AUSSI : Soudan du Sud : 60 personnes mortes asphyxiées en 2015, Amnesty dénonce un crime de guerre

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait souligné l’extrême difficulté à lutter contre l‘épidémie d’Ebola dans une zone d’insécurité comme Beni.

“Sur l‘échelle du degré de difficulté, tenter d‘éteindre une flambée d’un pathogène mortellement dangereux dans une zone de guerre est au sommet”, a déclaré le directeur général adjoint de l’OMS, en charge des réponses d’urgence, Peter Salama, lors d’un point de presse à Genève.

L‘épidémie est partie d’une bourgade à 30 km au sud-ouest de Beni, Mangina.

Voir plus