Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Profil : Emmanuel Ramazani, gardien de l'héritage de Kabila

Profil : Emmanuel Ramazani, gardien de l'héritage de Kabila

République démocratique du Congo

Ses camarades du PPDR qui l’ont désigné in-extremis ce mercredi pour porter leur voix à la présidentielle de 23 décembre prochain ne tarissent pas d‘éloges à son égard : Emmanuel Ramazani est intelligent, maîtrise le terrain, bref, est l’homme de la situation.

L’ex-ministre congolais de l’Intérieur Emmanuel Ramazani Shadary, choisi comme “dauphin” par le président Joseph Kabila pour la présidentielle prévue en décembre, est l’un des rares hommes de confiance du chef de l’État.

Originaire du Maniema dans l’est de la République démocratique du Congo, M. Ramazani Shadary, 57 ans, est originaire de la même province que la mère du président, Mme Sifa Mahanya.

Souriant et à l’abord facile, Ramazani Shadary du haut de ses 1,90 m est un harangueur de foules maniant l’argot assaisonné d’anecdotes et de blagues.

L’actuel numéro un “secrétaire permanent” du parti présidentiel PPRD parle le swahili et le lingala, les deux langues parlées respectivement dans l’est et l’ouest de la RDC, selon Jean-Pierre Kambila, directeur de cabinet adjoint de M. Kabila.

Ce “catholique pratiquant” est marié et père de huit enfants, selon le porte-parole du gouvernement Lambert Mende qui a annoncé le choix du président à la presse.

Diplômé en sciences politiques, M. Ramazani Shadary a enseigné dans des institutions universitaires du Maniema après ses études à l’Université de Lubumbashi dans l’ex-Katanga, province d’origine du président Kabila.

Pendant la période de démocratisation de l’ex-Zaïre dans les années 90, il a milité au sein du parti historique d’opposition l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), selon plusieurs témoignages.

>>> LIRE AUSSI : Élection en RDC : ce qui reste à faire après le retrait de Kabila

Un fidèle parmi les fidèles

A la chute de la dictature du maréchal Mobutu en mai 1997, il fut élu vice-gouverneur du Maniema par une élection à main levée dans un stade. Une année après, le défunt président Laurent-Désiré Kabila, père de l’actuel président, l’a nommé gouverneur de la même province. Il a été confirmé à ce poste par Joseph Kabila en 2001.

Élu député en 2006, réélu en 2011 dans la circonscription de Kabambare (est), il a assumé les fonctions de président du groupe parlementaire du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), puis coordonnateur de la Majorité présidentielle à l’Assemblée nationale de 2011 à 2016.

Le 20 décembre 2016, le jour de la fin du deuxième et dernier mandat du président Kabila d’après la Constitution, le fidèle a fait son entrée au gouvernement comme ministre de l’Intérieur.

>>> LIRE AUSSI : Joseph Kabila : généalogie d’une présidence perturbée

Une répression de manifestants à Kinshasa venait de faire plusieurs morts les 19 et 20 décembre. Cinq mois après, il a été inscrit sur la liste des personnalités congolaises sanctionnées par l’Union européenne pour leur rôle dans la répression des manifestants et l’entrave du processus électoral.

M. Ramazani Shadary est l’un des fondateurs en 2002 du parti PPRD (Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie), où il a occupé en 2005 les fonctions de secrétaire national chargé du processus électoral et de président de la Commission de discipline.

Après la réforme de ce parti en 2017, il a laissé son poste de ministre de l’intérieur pour celui de secrétaire permanent du PPRD, un poste nouvellement créé faisant de lui le numéro 1 du parti en l’absence d’un président qui n’a pas encore été désigné et qui devrait s’appeler…Joseph Kabila.

AFP

Voir plus