Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Mali : un artiste met en garde contre la violence en période électorale

Mali : un artiste met en garde contre la violence en période électorale

Mali

Mylmo est l’un des artistes hip-hop les plus populaires au Mali. Alors que son pays se rend aux urnes dimanche, il utilise sa plate-forme pour avertir les électeurs de la violence lors d’une élection qui, selon plusieurs, permettra de sortir de six années de troubles.

Sorti le 18 juillet, à peine 10 jours avant les élections, la chanson Baranankan de Mylmo qui signifie «Bambara» la langue nationale du Mali, a trouvé écho auprès de nombreux Maliens, et même de politiciens. Mylmo envoie un message aux Maliens pour éviter la violence, en prévision des élections présidentielles de dimanche.

“Dans mes chansons, je n’insulte personne, mais je critique tout le monde : si vous faites quelque chose de mal, je ne m’abstiendrai pas de vous critiquer, mais toujours avec respect, c’est pourquoi je suis respecté par tout le monde, quand je rencontre des politiciens ou des ministres. Ils me disent : “Mylmo, j’ai votre CD dans ma voiture, et vous êtes en train de faire la bonne chose.” A déclaré l’artiste.

Ce que nous devons changer dans la politique malienne, ce ne sont pas les politiciens, mais les citoyens (…) parce que les politiciens sont le reflet du peuple, parce que les politiciens et le président étaient aussi auparavant des citoyens ordinaires.

En tant que l’un des plus grands noms du hip-hop au Mali, Mylmo est connu pour ses chansons à caractère social traitant de sujets comme la migration, la corruption et le chômage.
Bamanankan n’est pas différent.

“Dans la chanson, je chante sur la violence, ce qui signifie que j’ai peur, je peux sentir le sang, je peux sentir le sang, c’est ce dont je parle dans la chanson, voulant tout simplement dire que si nous ne faisons pas attention, ces élections entraîneront la violence.” A-t-il dit.

Les Maliens votent dimanche lors d’une élection présidentielle où le Président sortant, Ibrahim Boubacar Keita, sera face à 23 adversaires parmi lesquels l’ancien ministre des Finances Soumaila Cissé, son principal challenger.

Voir plus