Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Inspire Middle East

inspire-middle-east

Inspire Middle East : le camelccino, vous connaissez ?

Inspire Middle East : le camelccino, vous connaissez ?

Inspire middle east

Le Liwa Date Festival a lieu chaque année Al Dhafra à Abu Dhabi. C’est un évènement qui rappelle l’importance des dattes dans la culture ancienne mais qui montre aussi le rôle qu’elles joueront dans l’agriculture future des Emirats. Lors de la 14ème édition du festival, des agriculteurs de toute l’oasis dévoilent le meilleur de leur culture mais aussi de leur héritage.

La maturité des dattes se fait en quatre étape. La première lorsque le fruit à la peau verte et ferme et qu’il est amer en goût. Lors de la deuxième, la datte est plus claire et jaune ou de couleur rouge, elle est encore ferme mais son goût est plus doux. La 3e, qui intervient en juillet/août est quand le fruit se caractérise par une moitié douce comme du miel et l’autre moitié croquante. La dernière étape c’est quand les dattes sont parfaitement mûres et sèches. C’est l‘étape où elles sont habituellement exportées dans le monde par les principaux pays producteurs comme l’Arabie Saoudite et l’Iran.

Les Emirats arabes unis sont le 4e plus grand exportateur de dattes dans le monde avec 8.5% des exports globaux, ce qui a représenté environ 96 millions de dollars en 2015 selon la chambre de commerce de Dubaï et Trade map.

En dehors du business, les dattes ont aussi une place de choix dans le coeur des Emiratis.

“Les dattes sont tellement importantes dans notre culture émiratie. Il y des centaines d’années les gens vivaient à Liwa et dans d’autres villes des Emirats, et ils utilisaient les feuilles de palmiers pour leurs maisons”, explique Obaid Al Mazroui, le directeur du Liwa Date Festival.

Chaque année, le Liwa Festival organise 15 compétitions. Parmi elles, un concours de beauté avec un premier prix à 25.000 dollars. Comme tout concours de beauté les participants doivent remplir un cahier des charges très stricte.

Ce salon ne porte pas uniquement sur le fruit. Des traditions de la culture bédouine des Emirats sont aussi mises en avant, comme le rôle des femmes qui travaillent dans le secteur agricole. Traditionnellement, elles tissent des paniers à partir d‘écorce de palmiers pour stocker et porter les fruits après récolte.

Lutter contre l’anémie, fortifier les os

Pour attirer de nouveaux clients et booster leurs ventes, de jeunes agriculteurs de la région insistent sur les valeurs nutritionnelles des dattes. Pendant des siècles au Moyen Orient et en Afrique du Nord, elles étaient utilisées comme remède contre l’anémie, pour fortifier les os et les dents et même améliorer une mauvaise vue.

L’enveloppe du fruit contient des minéraux comme le fer, le potassium et le calcium mais aussi des vitamines, de la vitamine B2 et de l’acide folique. Les représentants de cette entreprise disent même que les dattes peuvent rivaliser avec le chou frisé et le quinoa dans la catégorie des “superaliments”. L’entreprise fabrique aussi des boissons énergétiques à partir de jus de dattes et des bouchées chocolat-dattes qui peuvent servir de snacks pour les enfants.

10.000 chameaux d’ici 2020

Depuis que les chameaux ont été domestiqués il y a des milliers d’années, le lait des chamelles a permis à des cultures bédouines et nomades de vivre. Aujourd’hui, le nombre de fermes de chameaux augmente dans le monde, avec des agriculteurs qui veulent séduire de nouveaux marchés en misant sur les bienfaits pour la santé, de ce lait spécial.

Il y a 25 ans, dans ce coin du désert de Dubaï, un centre de production et de recherche sur le lait de chamelle était créé. Camelicious, où vivent 6.000 chameaux. Un nombre qui devrait atteindre 10.000 d’ici 2020.

“Nous faisons toujours venir des animaux de l’extérieur mais nous avons aussi notre propre programme de reproduction. Les chameaux émiratis ont un haut potentiel de reproduction”, explique le docteur Peter Nagy qui travaille à Camelicious.

Chaque matin, au lever du jour, les animaux sont nourris, traits, et font de l’exercice et ils savent exactement ce qui se passe autour d’eux.

“Les chameaux sont aussi intelligents que des chevaux. Un bon lait ne peux qu‘être produit par un animal en bonne santé et heureux, et comme les êtres humains, les animaux ont leur routine”, explique le docteur Peter Nagy.

Camelicious est devenu un acteur local phare sur le marché. Il exporte dans 14 pays et produit aussi bien du lait aromatisé, de la glace et même du shampoing aux extraits de lait de chamelle.

C’est aussi devenu le premier laitier qui produit du lait infantile en poudre à partir du lait de chamelle, pour les nourrissons intolérants au lait de vache. Le lait de chamelle en poudre a aussi d’autres fonctions.

“On peut produire 4.500 litres de lait par jour pour le convertir en poudre, ce qui représente presque 500 kilos de poudre. Les chinois font du fromage à partir de la poudre de lait de chamelle et les gens sont intéressés par ce type de produits. Le marché russe est très réceptif donc on va encore faire du fromage”, explique Koushik Choudhury de l’industrie émirati pour le lait de chamelle.

L’entreprise profite de la popularité grandissante du lait de chamelle ces dernières années. Les Etats-Unis et l’Inde étant les principaux marchés.

Les bédouins l’appelle “l’or blanc”. Il serait plus facile à digérer par les personnes intolérantes au lactose. Des recherches ont prouvé qu’il contient au taux élevé de vitamine C, de fer, de calcium et avait un effet positif sur ceux qui souffrent de maladies auto immunes..

Mutasher al Badry de Camelicious nous a invité à prendre un camelccino et à faire un tour dans la ferme pour parler du futur de son entreprise.

Rebecca Mac Laughlin Duane : Le marché du lait de vache est très ancré. Comment-pouvez vous rivaliser ?

Mutasher al Badry : C’est un grand défi mais les gens qui apprennent quels sont les bienfaits du lait de chamelle passent du lait de vache au lait de chamelle. Le lait de chamelle aide les diabétiques, les enfants autistes, les patients atteints de cancer à se remettre, c’est ça qui fait que les gens changent pour le lait de chamelle.

RMD : Vous avez développé le premier lait en poudre non issue de lait de vache. Est-ce facile d‘éduquer les mères en ce sens ?

MB : Notre formule pour bébé a été développée après des recherches sur les allergies à la protéine de lait. On a envoyé de la poudre de lait de chamelle à l’hôpital pédiatrique de Mexico. Ils ont nourri les enfants allergiques au lait de vache avec, ils l’ont bu facilement et ont publié une recherche scientifique dessus.

RMD : On estime aujourd’hui que près de la moitié de la population mondiale a des difficultés pour digérer le lait de vache. Quel est votre stratégie de développement de produit?

MB : Notre prochain produit est une barre protéinée à base de lait de chamelle pour les gens qui font du sport. Elle arrivera sur le marché avant la fin de l’année.

RMD : Les Etats-unis sont l’un des marchés qui grossi le plus vite pour le lait de chamelle et les produits à base de lait de chamelle. Que diriez-vous de créer une ferme là-bas ? Après tout vous avez déjà exporté Outre-Atlantique?

MB : Nous projetons d’exporter de la poudre de lait de chamelle aux Etats-Unis et maintenant nous cherchons des fabricants là-bas, où ils pourraient reconstituer la poudre de lait et produire d’autres choses parce que ce n’est pas logique d’envoyer le lait frais d’ici.

Pour ce qui est de créer une ferme aux Etats-Unis, nous avons un système de franchise et de licence donc, tout investisseur américian qui a des chameaux ou des fermes et qui souhaitent avoir notre expertise, peut acheter la franchise et la licence.

RMD : Vous vendez des produits premium, puis je vous demander s’il est facile de gagner de l’argent. Qu’en est-il des marges ?

MB : C’est une excellente question. C’est très dur de générer de bonnes marges à ce stade parce que nous partons de zéro. Aujourd’hui on se développe et on augmente le nombre de produits qu’on propose. On ne commerce pas avec le lait frais parce que sur le lait frais il n’y a pas de marge. Il revient très cher. Donc nous envisageons de créer d’autres produits, comme des glaces, des fromages, la bar protéinée dont on a parlé, la formule pour bébé et toutes sortes de produits.

Voir plus