Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Libye : l'Italie soutient les efforts de réconciliation

Libye : l'Italie soutient les efforts de réconciliation

Libye

“L’Italie a réitéré son soutien aux efforts de réconciliation nationale en Libye et à l’aboutissement d’un processus politique consensuel”, a déclaré lors d’une conference de presse à Tripoli le porte-parole du gouvernement d’union nationale (GNA) Mohamad al-Sallak.

Une déclaration qui fait suite à l’entretien entre la ministre italienne de la Défense, Elisabetta Trenta, en visite dans le pays, et le chef du gouvernement d’union nationale, Fayez al-Sarraj.

“Il a été question aussi de la coopération dans le domaine (de la lutte contre) la migration clandestine, l’appui au centre d’accueil (de migrants), la formation et l‘équipement des gardes-côtes libyens et de la marine libyenne,” a déclaré Mohamad Al-Sallak, porte-parole du gouvernement d’union nationale.

La levée partielle de l’embargo sur les armes a également été discutée, afin de fournir aux gardes-côtes et à la marine des armes et du matériel pour faire face au problème et la possibilité d’une assistance italienne pour ce faire.

Lundi, le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian avait fait le tour des principaux responsables politiques en Libye pour pousser à des élections en décembre, conformément à la feuille de route établie lors d’une réunion à Paris le 29 mai en présence de MM. Sarraj et Haftar.

Mais pour Elisabetta Trenta, une accélération du processus électoral n’apporterait pas la stabilité à la Libye si elle n’est pas accompagnée” de la réconciliation des Libyens et du retour à la sécurité.

Ancienne puissance coloniale, l’Italie s’implique fortement dans les tentatives de rétablissement d’un Etat stable en Libye mais surtout pour lutter contre les arrivées de migrants sur ses côtes.

Sept ans après l’intervention militaire occidentale et la chute de Mouammar Kadhafi, la Libye est en proie au chaos et plongée dans l’instabilité politique, avec deux autorités rivales: le GNA à Tripoli, reconnu par la communauté internationale, et un cabinet parallèle dans l’est du pays, soutenu par le maréchal Khalifa Haftar.

Voir plus